Eva-Maria SCHAFFERLE commence une thèse sur le principe de souveraineté et sa compatibilité avec les nouvelles formes de citoyenneté et de démocratie post-nationale

Eva-Maria-SchafferleAprès un master 2 en « Sciences Politiques de l’Union Européenne » à l’IEP de Grenoble, je commence cette année une thèse en cotutelle, sous la direction de Raul Magni Berton et de Sandra Seubert (Université de Francfort, Allemagne).

Avant d’intégrer Sciences Po Grenoble pour ma deuxième année de master, j’ai étudié à l’Université d’Eichstätt-Ingolstadt (Bavière, Allemagne) et à l’IEP de Rennes. Durant mes études j’ai développé un intérêt particulier pour la théorie de l’État et les principes démocratiques qui organisent nos sociétés modernes. Face aux multiples évolutions du système politique international je m’intéresse à la pertinence des concepts tels que la souveraineté et l’identité nationale, au rôle de l’État dans un monde globalisé et à sa capacité de garantir la participation démocratique de ses citoyens.

Cet intérêt pour la théorie politique m’a amenée à poursuivre mes études par une thèse portant sur le principe de souveraineté et sa compatibilité avec les nouvelles formes de citoyenneté et de démocratie post-nationale. D’un point de vue théorique et normatif, je souhaite aborder la question de savoir comment on peut penser l’État souverain – caractérisé par un peuple et un territoire défini – dans un contexte marqué par une porosité des frontières et une mobilité internationale accrue.