Alice Herbelin soutient sa thèse

Alice Herbelin soutient sa thèse

Sujet : Ecologie territoriale et trajectoires de transitions : le cas du Rhône-Médian

 

Résumé : L’écologie territoriale est un champ de recherche qui propose d’analyser le fonctionnement d’un territoire sous l’angle des flux de matières et d’énergie qui le traversent et le caractérisent. Cette analyse est notamment menée à travers le concept du métabolisme territorial. Sous cet angle, les flux sont envisagés à la fois dans leur dimension matérielle et à la lumière des systèmes d’acteurs et des enjeux socio-économiques et politiques qui les influencent. L’écologie territoriale tend en cela à mettre en exergue des leviers de transition socio-écologique à l’échelle des territoires.
Cette thèse propose la mise à l’épreuve de ces concepts à travers un terrain d’étude situé dans la moyenne vallée du Rhône. En remontant à la fin du XVIIIe siècle, la recherche souligne tout d’abord comment se met en place, à l’échelle de celui-ci, un régime socio-écologique fondé sur l’industrie et les infrastructures lourdes. Ensuite, à partir de l’analyse de quatre types de flux (énergétiques, hydriques, toxiques, alimentaires), la thèse propose de caractériser la manière dont ce régime se matérialise aujourd’hui dans le métabolisme. Ce métabolisme est alors qualifié d’intensif et de toxique – par l’intensité et la toxicité des flux mis en jeu – ainsi que d’absorbant – en ce qu’il assure des fonctions métaboliques répondant aux besoins d’autres territoires (traitement de déchets, production alimentaire). Les caractéristiques de ce métabolisme impliquent alors une faible capacité des acteurs locaux (habitants, acteurs publics, agriculteurs) à agir sur les flux pour leur réduction ou leur transformation. Pourtant, dans un contexte de mutations des systèmes productifs et de résidentialisation, plusieurs initiatives émergent de ces mêmes acteurs locaux pour comprendre et agir sur les flux de matière et d’énergie, dans une perspective de développement territorial durable. Celles-ci conduisent à des formes de remise en question des équilibres de pouvoir existants mais le régime socio-écologique industriel persiste, en partie en ce que les verrous qui le structurent et l’auto-entretiennent ne sont pas questionnés.

 

Jury:

Nicolas BUCLET, Professeur, Université Grenoble Alpes, CoDirecteur de thèse
Sabine BARLES, Professeure, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, CoDirectrice de thèse
Christophe DEMAZIÈRE, Professeur, Université François - Rabelais de Tours, Rapporteur
Muriel MAILLEFERT, Professeure, Université Lyon II, Rapportrice
François DUCHÊNE, Chargé de recherche, Université de Lyon - EVS-RIVES, Examinateur
Magali TALANDIER, Professeure, Université Grenoble Alpes, Examinatrice



Chercheur.e.s impliqué.e.s : 

Ouvert à tous