Amel Souissi soutient sa thèse

Sujet : Enjeux économiques et environnementaux du tourisme en Tunisie : le cas de l’oasis de Tozeur

 

Résumé :

Le tourisme première industrie mondiale, avec 1186 millions d’arrivées internationaux en 2015, est reconnu comme secteur prioritaire de développement des pays les moins avancés, à travers ses effets directs, indirects et induits. La Tunisie a opté depuis la fin des années 60 pour se développer à travers des activités touristiques. Depuis le début des années 70, le tourisme représente un secteur clef de l’économie tunisienne, le taux de couverture du déficit de la balance des paiements a atteint 97.7% en 1988. Toutefois et depuis le début des années 2000, le tourisme tunisien, souffre d’une image de marque de basse qualité, d’une forte dépendance vis-à vis du marché européen, et des grands Tours Opérateurs et d’un manque de diversification. Les performances de ce secteur longtemps considéré comme vecteur de croissance économique, semblent être surestimées. Pour dépasser ces problèmes, depuis la fin des années 80, l’État a choisi une stratégie nationale de diversification à travers la mise en tourisme du Sud de la Tunisie. Actuellement, cette partie du pays est devenue une zone touristique de haut standing avec, notamment, un terrain de golf de 150 hectares et un aéroport international. Toutefois, le choix d’un développement axé sur les activités touristiques suscite des inquiétudes, vu les caractéristiques du milieu saharien, et la façon dont le tourisme saharien est commercialisé. Cette thèse a pour objet d'étudier du point de vue de l'analyse économique et d'évaluer la pertinence des choix stratégiques qui ont été faits dans le secteur du tourisme, notamment en zone saharienne, en tenant compte de la nature du milieu caractérisé par un climat aride. L’impact économique, environnemental et social du tourisme sur ces milieux fragiles pourrait être particulièrement critique. Du point de vue économique: d’un côté, ce choix correspond à une marchandisation d’un stock naturel épuisable, dont l’existence est conditionnée par l’accès à l’eau, ce qui a créé des situations de concurrence et de conflits d’usage de la ressource entre les deux secteurs touristique et agricole. D’un autre côté, la courte durée de séjour qui ne dépasse pas les 1.3 jours, peut limiter les retombées positives du tourisme dans ces régions. Du point de vue de l’environnement: le caractère rival mais non exclusif de l’eau le situerait dans la catégorie des « biens communs » dont la disponibilité peut être influencé par les « effets de masse », ce qui nous conduit à envisager un risque de « tragédie des communs ». Sur le plan social: à côté des distorsions sociales qui peuvent naître face à des situations de conflits d’usage autour de la ressource, les emplois crées dans le secteur sont saisonniers peu qualifiés, ce qui peut nuire à un vrai processus de développement local dans ces régions. Dans nos analyses, nous avons utilisé plusieurs outils et approches méthodologiques de caractères théoriques et empiriques dans un cadre macroéconomique. Nous avons mobilisé essentiellement les techniques de cointégration et les modèles à correction d’erreur adaptés à l’étude des séries temporelles en plus des analyses statistiques, sur la période 1970- 2014.

 

Membres du jury :

  • Mme Nathalie FABRY, Maître de conférences HDR, Université de Paris Est Marne la Vallée - Rapporteur
  • M. Nicolas PEYPOCH , Professeur des universités, Université de Perpignan - Rapporteur
  • Mme Nadine MASSARD , Professeur des universités, Faculté d’Economie de Grenoble - Université de Grenoble Alpes - Examinateur
  • Mme Sylvie PFLIEGER , Maître de conférences HDR, Université Paris-Descartes Faculté des Sciences Humaines et Sociales - Examinateur
  • M. Jean-Christophe DISSART, Professeur des universités, Institut d’Urbanisme de Grenoble - Université Grenoble Alpes - Examinateur
  • M. Louis JOB, Professeur des universités, Institut d’Etudes Politiques de Grenoble - Directeur de thèse

 

Lieu :

Université Grenoble Alpes
Saint Martin d'Hères - Domaine Universitaire
Faculté d'économie - 1241 rue des résidences
Salle 110



Chercheur.e.s impliqué.e.s :