Clôture du projet Transconsent (Transgenres et consentement)

Clôture du projet Transconsent (Transgenres et consentement)

Séminaire de clôture du PEPS Transconsent

 

Inscriptions

12h00 Ouverture par Laurent Bègue Professeur de psychologie sociale à  l'Université Grenoble Alpes, membre senior de l’Institut Universitaire de France (IUF) et chercheur invité à l’université Stanford, Laurent Bègue dirige actuellement la Maison des Sciences de l'Homme Alpes (CNRS - UGA).   
12h-13h15 buffet et présentation du PEPS Transconsent (MSH Alpes, SFR Santé, « Equipe Régulations, Pacte).

13h15-14h15 Alain GIAMI Directeur d’études émérite, Équipe : "Genre, Sexualité, Santé", Centre de Recherche en Epidémiologie et Santé des Populations, INSERM

 

Titre : Mesurer la diversité des identifications de genre : essai d’épistémologie politique

Résumé
Le sexe, c'est à dire la distinction binaire homme/femme - est la variable principale utilisée dans la plupart des enquêtes (sociologie, démographie, épidémiologie, etc.). S’appuyant sur une analyse narrative, cette présentation examine comment les enquêtes auprès des populations trans ont conçu des questionnaires dans le but d’améliorer la visibilité sociale et statistique des personnes qui n'entrent pas dans le dispositif binaire du sexe/genre. Au-delà de l'analyse de la littérature existante, la présentation analyse les "solutions" qui ont été élaborées dans différentes enquêtes (France, Brésil, Norvège) sur la santé et la citoyenneté des personnes transgenres utilisant le même protocole. Il s’agit de questions ouvertes laissant aux participant.e.s la liberté de choisir l’expression à l’aide de laquelle ils / elles définissent leur identification de genre, auto-définitions qui sont ensuite utilisées comme catégories d’analyse des données quantitatives recueillies par le biais du questionnaire. Les partenariats établis avec les organisations Trans et avec les professionnels de santé sont fondés sur une épistémologie politique qui sera discutée.

14h15-14h30 Pause café
14h30-15h30 Andræ Thomazo, Doctorant en anthropologie, Aix-Marseille Université, Idemec - UMR 7307, Institut d'ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative

 

Titre : La prise en charge médicale des enfants trans en France : enjeux définitionnels et écueils de la normalisation d'un protocole.
Résumé
La question de la prise en charge des enfants trans ne se pose en termes institutionnels et médicaux que depuis quelques années en France, s'inscrivant dans une dynamique similaire à celle de plusieurs autres pays où des équipes pluridisciplinaires sont déjà bien établies. Cela a conduit le monde médical, en termes pratiques, à repenser leurs modalités de prise en charge tant psychologiques qu'hormonales. En termes théoriques, la question des enfants trans semble poser celle de l'origine individuelle de l'identité de genre et de ses développements atypiques. Néanmoins, c'est a posteriori qu'elle s'est historiquement constituée, et, partant, en regard avec ce qui avait auparavant été théorisé pour les adultes.  Cela conduit donc à s'interroger sur la nature malléable et les mécanismes de construction de l'identité de genre et, dès lors, de questionner les normes structurant les rôles de genre jugés acceptables dans notre société. Je me propose d’aborder ces questions en analysant les textes de Colette Chiland, psychiatre pionnière dans ce domaine en France, ainsi que ceux de quelques médecins dont elle a pu s’inspirer, afin de mettre au jour les enjeux des théorisations autour de l’identité de genre chez les enfants et les soins qui leur sont corrélés.

15h30-16h30 Thomas BUJON, Maître de conférences en sociologie à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne, chercheure au laboratoire TRIANGLE, UMR 5206 et Christine DOURLENS, Maître de conférences en sociologie à l'Université Jean Monnet de Saint-Etienne, chercheure au laboratoire TRIANGLE, UMR 5206.

 
Titre : les médecins et la transidentité
Résumé
Etroitement liée à l’histoire de la transsexualité et aux classifications des troubles de l’identité de genre, la médecine de réassignation hormono-chirurgicale est aujourd’hui la cible de très vives critiques.  Il lui est notamment reproché de contribuer à la pathologisation de la trans-identité et d’imposer, ce faisant, la binarité de genre.
 
Pourtant, la posture médicale en la matière n’est pas aussi unifiée qu’elle ne se donne à voir. Construite au croisement de multiples savoirs médicaux, en situation de dépendance par rapport à l’évolution des énoncés juridiques, elle est loin d’être stabilisée et elle connaît une   certaine évolution qui se développe à bas bruit.  
C’est ce que tentera de montrer notre intervention qui prendra appui sur l’observation au long cours des réunions de concertation d’une équipe hospitalière française et sur les résultats d’une enquête sur les  relations que les médecins entretiennent avec la question du changement d’état-civil.

16h30-16h45 Conclusion

 

Cycle de séminaires co-organisé  l’équipe « Régulations » du laboratoire Pacte et par la Structure Fédérative de Recherche « Santé et Société ».

Le projet Transconsent, est piloté par la MSH-Alpes.

 




Cycle de séminaire : 
Ouvert à tous
Fichier attachéTaille
Icône image logo-msh-alpes.jpg7.17 Ko