Généraliser en sciences sociales. Une fausse bonne idée ?

Généraliser en sciences sociales. Une fausse bonne idée ?

Il y a une quarantaine d’années, les assauts conjugués de la microsociologie et de la micro-histoire ont contesté la capacité des sciences sociales à produire des énoncés à portée générale, considérés comme une illusion de jeunesse de nos disciplines. Après ce moment déconstructeur, le besoin s’est fait sentir, sinon d’un retour à l’espoir de lois sociales, du moins d’une réflexion sur la réappropriation d’objets macrosociologiques inscrits dans la longue durée. On s’est interrogé à cet effet sur la dynamique des cas et des ressources de la casuistique, mais aussi sur le renouvellement des outils comparatifs et de l’ethnographie multi-située. On tentera au cours de l’exposé de produire un état de la situation.

 

Intervenant : Jean-Louis Fabiani, Directeur d’études EHESS



Chercheur.e.s impliqué.e.s : 

Contact : 
Maureen Clappe
Cycle de séminaire : 
Ouvert à tous