Habiter les dérèglements climatiques : Savoirs situés, expériences sensible et justice climatique.

Habiter les dérèglements climatiques : Savoirs situés, expériences ordinaires et justice climatique.

En partenariat avec le Lessem (Irstea Grenoble) et le Parc national des Ecrins

Financement :LABEX ITEM - ANR-10-LABX-50-01.

 

La compréhension du changement climatique s’ancre dans la production d’un certain type de savoir expert, via la modélisation du système Terre, particulièrement peu accessible au non-spécialiste et contribuant largement à concevoir ‘le’ changement climatique comme un phénomène global, devant être pris en charge par des institutions globales (Miller, 2015), en opposition à l’expérience vécue de l’environnement et du temps qu’il fait (Jasanoff, 2010). Or, l’accent mis, depuis la tenue de la COP 21, sur la territorialisation des politiques d’adaptation n’exige pas simplement une ‘descente’ en précision des modèles globaux en direction du local, mais questionne aussi une construction ‘par le bas’ des savoirs et des politiques du climat (Aykut, Foyer and Morena, 2017).

 

Cette journée d’études vise à explorer les différentes manières de ‘faire l’expérience  des diverses modifications de notre environnement immédiat’ liées aux dérèglements climatiques en cours - à côté d’une connaissance du dérèglement climatique focalisée sur le perfectionnement et la sophistication des modèles globaux du fonctionnement du système Terre. À distance d’une logique d’adaptation gestionnaire et experte, cette journée d’études vise à interroger les enjeux des dérèglements climatiques du point de vue de l’expérience située des habitants (Durand 2014) et de la manière dont ils développent des connaissances locales et autres ‘bricolages adaptatifs’, fondés sur l’expérience incarnée des situations de changement environnemental et de vulnérabilité climatique.

 

Cette journée d’études propose ainsi de réunir une variété de regards disciplinaires abordant les enjeux épistémiques, éthiques et politiques des expériences incarnées et connaissances situées de l’évolution du climat et de l’environnement. En particulier, réfléchir à la manière dont il est aujourd’hui possible d’habiter les dérèglements climatiques’ demande une série de dialogues et de décalages disciplinaires et conceptuels,

 

  • pour passer des arènes de la gouvernance internationale du climat aux espaces de production de connaissances locales et ordinaires ; 
  • pour aborder les ‘bricolages adaptatifs’ du point de vue de l’habitant plutôt que les stratégies expertes et gestionnaires de gouvernance des territoires;
  • pour interroger les ‘traditional ecological knowledge’ dans un contexte occidental et ‘développé’;
  • ou encore pour revisiter les notions d’inégalité et de justice face à la vulnérabilité des personnes face aux modifications en cours de l’environnement, qu’il s’agisse de la disparition des paysages enneigés, de la modification du rythme conventionnel des saisons et des activités associées, du vécu des pics de chaleur urbains, etc.

 

Programme :

9h   Accueil / café
9h30-10h

Introduction : De l’intérêt des expériences situées des dérèglements climatiques ?
Séverine Durand (sociologue, Pacte)

10h-10h45

Une écologie sensible aux éléments, Jean Paul Thibaud (sociologue, AAU Cresson)

10h45-11h  Pause
11h-11h45  Arctique inuit : d’un monde labile à un monde déréglé​, Béatrice Collignon (géographe, Passages)
11h45-12h15

Discussion – Animée par Céline Lutoff (géographe, Pacte, Ouranos-Aura)

12h30-14h Repas
14h-14h45

Habiter les changements : un défi (également) juridique, Aline Treillard, (juriste, UGA)

14h45-15h15 Écologiser le politique : vivre avec l'expérience des injustices environnementales​, Caroline Lejeune (politiste, UNIL)
15h15-15h30 Pause
15h30-16h15 Un monde en mutation rendu visible: de la centralité des pratiques d’habitat pour comprendre la pluralité des perceptions du changement (climatique), Marc Higgin (anthropologue, Pacte)
16h15-16h45 Discussion – P.O Garcia (géographe, Pacte)
16h45-17h15

Conclusion Céline Granjou (sociologue, Irstea)

INSCRIPTION OBLIGATOIRE AVANT LE 20 NOVEMBRE

 

            

 



Chercheur.e.s impliqué.e.s : 

Ouvert à tous