InPacte Saison 3 : Kirsten Koop

InPacte Saison 3 : Kirsten Koop

InPacte saison 3 fait son grand retour pour cette nouvelle année ! Cette fois, nous avons donné la parole à Kirsten Koop, qui travaille depuis quelques années sur les initiatives citoyennes qui s'inscrivent dans la transition socio-écologique, dans les aires de montagne, autour de Grenoble.

 

 

La transition comme un défi ontologique

Pour Kirsten, l’étude des acteurs des initiatives citoyennes engagés dans la transition peut se faire avec une approche similaire à celle des peuples autochtones dans le monde. En effet, ces deux objets de recherche sont reliés par ce qu’elle appelle « le tournant ontologique en anthropologie ». Un terme peu évocateur mais qui représente tout simplement l’idée de la diversité des manières d’être et de penser dans le monde et qui s’exprime notamment dans les différents rapports à la « nature ». Une diversité qui laisse penser que, puisqu’il peut y avoir de multiples façons d’être, alors il peut y avoir de multiples façons de changer les habitudes de notre société moderne afin de surmonter la crise climatique et économique.

 

C’est dans cette optique que Kirsten a commencé à étudier les innovations citoyennes dans l’espace rural de montagne, notamment les éco-hameaux. Ces agglomérations rurales, caractérisées par leur souhait d’une vie « soutenable », se réfèrent à des valeurs qui diffèrent de ce que l’on associe à la modernité, notamment au travers d’une volonté d’épanouissement de soi-même, de la sobriété, la solidarité et de la recherche d’un autre rapport au vivant. Un modèle finalement très proche de la postcroissance qui repose beaucoup sur l’expérimentation et un certain « retour aux sources » mobilisant des technologies locales traditionnelles remises au gout du jour.

 

Quand l’innovation passe par l’hybridation

Bien évidemment, ce type d’initiative possède certaines limites, d’autant plus si on les considère avec le regard dominant dans nos sociétés modernes. Par exemple, on peut directement se demander combien d’emplois seront créés et combien de profit peut être généré ? Pour autant, si l’on aborde ces questions en rupture avec le système économique dominant – dont nous parlait déjà Nicolas Buclet dans un précédent épisode – il s’avère que la quantité de travail n’est pas un frein et qu’une population plus solidaire aura, in fine, moins besoin d’argent. Pour autant, Kirsten admet qu’un territoire n’arrive jamais à produire tout ce dont il a besoin, et que l’importance de l’innovation reste une constante quel que soit le regard que l’on porte sur le collectif.

 

Bien que l’innovation reste un terme fortement connoté, notamment en termes de technologies, c’est une fausse étiquette due à une signification assez trompeuse, puisqu’il ne cache finalement que la fabrication de nouveau à partir d’éléments déjà existantes. Une hybridation qui n’interdit aucunement l’utilisation de méthodes et de technologies modernes, pour peu qu’elles aillent dans la bonne direction. Ainsi, Kirsten a pu observer de nombreux exemples d’innovation par l’hybridation, souvent en mélangeant des techniques d’époques et de géographies différentes, comme le rappel de l’adoption d’une pensée locale à une échelle globale.

 

Retrouvez tous les épisodes de InPacte sur :

Acast : https://shows.acast.com/in-pacte

Spotify : https://open.spotify.com/show/2PH1zBR9gHghtQrB8lxD55

Deezer : https://www.deezer.com/fr/show/2336642

Apple Podcast  : https://podcasts.apple.com/fr/podcast/in-pacte-le-podcast-qui-donne-la-p...

YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCW4hfhliDqy_qytMKus6ktQ/

 

InPacte est une création du service communication de Pacte et d'Emilie Wadelle



Chercheur.e.s impliqué.e.s : 

Ouvert à tous