Le cancer peut-il être pris en charge comme une maladie génomique parmi d'autres ? Faire sens du cancer à l'ère de la génomique

Le cancer peut-il être pris en charge comme une maladie génomique parmi d'autres ? Faire sens du cancer à l'ère de la génomique

La molécularisation génétique du cancer n'a eu, jusqu'à récemment, qu'un impact limité sur sa prise en charge clinique et sur l'organisation des soins en oncologie. Mais avec l'essor des thérapies ciblées et des tests génétiques associés, la situation a changé. Les sciences sociales se sont emparées de cette évolution surtout par l'étude d’essais thérapeutiques dans des centres de recherche clinique. Pour nous, trop peu d'attention a été portée à la génomique des tumeurs comme pratique massive et routinisée. Pourtant, l'importance des contextes cliniques locaux et de la circulation des standards et des technologies pour la fabrique de la biomédecine est aujourd’hui bien décrite.

Nous avons donc décidé de nous intéresser à cette génomique de routine, et plus précisément à l’influence de son introduction massive sur les manières dont professionnels et patients font collectivement sens du cancer. L’arrivée des technologies et connaissances génomiques dans le champ du cancer n’est pas un mécanisme de diffusion linéaire depuis la biologie fondamentale vers le patient, mais plutôt un processus de négociations entre divers acteurs (biologistes, cliniciens, pathologistes, patients, bioinformaticiens, industriels…). Suite à un projet exploratoire récemment terminé, nous débutons maintenant une ethnographie multi-sites des espaces de ces négociations en France – plates-formes de génomique clinique, associations de patients et interactions cliniques. Nous nous concentrons sur trois plates-formes de génétique moléculaire de l'INCa et une plate-forme nationale récente de séquençage à haut débit.

Avec notre présentation, nous souhaitons mettre en lumière des pratiques concrètes du point de vue d'acteurs sous-étudiés du champ de la santé et aborder nos résultats concernant les conditions sociotechniques, épistémiques et organisationnelles qui façonnent l'intégration de la génomique dans les pratiques cliniques en oncologie. Nous évoquerons également les conditions de production de cette recherche ethnographique collective, de longue haleine et multidisciplinaire (sociologie, anthropologie, génétique).

Catherine Bourgain (Inserm-Cermes3(

Ashveen Peerbaye (LISIS Université Paris-Est Marne-la-Vallée)

Claire Beaudevin (CNRS-Cermes3)


Cycle de séminaire : 
Ouvert à tous
Fichier attachéTaille
Icône PDF Affiche du séminaire2.74 Mo