Les « petits mondes » de l’innovation.

Les « petits mondes » de l’innovation.

Regards géographiques sur l’émergence d’entreprises innovantes.

Josselin Tallec a rejoint l’IUGA et l’UMR PACTE en septembre 2018 comme Maître de conférences en aménagement de l’espace et urbanisme. En s’appuyant sur son parcours et sa formation, il reviendra sur les enjeux contemporains du développement territorial et de l’aménagement qui placent la promotion de l’innovation au centre de nombreux registres d’intervention et de politiques publiques. Cette question passerait notamment par des incitations à la création d’entreprises innovantes ou de start-up ici entendues comme des initiatives marchandes valorisant des résultats de l’activité scientifique. Ainsi, leur développement participerait au retour de la croissance et du renforcement de la « compétitivité des territoires » dans la mondialisation.

En effet, de nombreux travaux statuent que l’innovation posséderait une géographie relativement singulière où les grandes villes et métropoles constitueraient les principaux points nodaux de l’émergence du nouveau. Si ces résultats s’appuient sur de nombreuses études empiriquement éprouvées, ils interrogent la lecture des recompositions socio-économiques observées à l’échelle des autres entités des systèmes urbains dont les villes petites et moyennes. En effet, l’activité de ces villes et territoires est le plus souvent lue « en creux » de ces cadres théoriques forgés dans des contextes métropolitains. On peine alors à en saisir les spécificités et singularités. Or, des recompositions discrètes à l’échelle de ces mêmes territoires sont à l’œuvre. Une analyse des contextes de la création d’entreprises innovantes dans différentes villes petites et moyennes nous permet de porter un autre regard sur ces villes. À l’instar des grandes villes et métropoles, elles peuvent constituer des creusets et nœuds d’interactions de réseaux productifs mondialisés nous donnant à voir des activités insérées dans des marchés et des réseaux productifs de moins en moins locaux. Ces formes d’un renouveau économique « en train de se faire » sont alors le résultat d’actions inscrites dans des processus collectifs et des interactions sociales. Ils sont aussi le fruit d’événements possédant une certaine contingence profondément dépendante des trajectoires individuelles des créateurs de ces activités.

L’exposé de ces différents points se réalisera en deux temps. Un premier moment reviendra sur les points précédemment esquissés au regard d’un travail de doctorat s’étant plus particulièrement attardé sur les agglomérations d’Albi, d’Alès, de Fougères et de Quimper. Un second moment cherchera à prolonger ces résultats en plaçant au centre de l’analyse la question d’un dialogue entre les « mondes productifs » de ces espaces de l’entre-deux mais également des autres territoires de leurs environnements immédiats ou plus lointains.



Chercheur.e.s impliqué.e.s : 

Ouvert à tous