Marie-Aurore Ghis-Malfilatre rejoint Pacte comme chercheure associée

Je prépare une thèse de sociologie sur les enjeux de santé au travail dans l'industrie nucléaire en France (soutenance fin 2018). Menée à l'EHESS, sous la co-direction de Daniel Cefaï (EHESS/CEMS) et d'Annie Thébaud-Mony (GISCOP93-Inserm), cette recherche a bénéficié d'une allocation doctorale du DIM GESTES (Groupe d'étude sur le travail et la souffrance au travail) de 2012 à 2015. J'ai ensuite obtenu un poste d'ATER à mi-temps en sociologie à Sciences Po Grenoble de 2015 à 2017, une expérience d'enseignement qui se poursuit cette année et qui m'a permis de me rapprocher de Pacte et, plus précisément, de l'équipe Régulations.
 
 
Située au croisement de la sociologie du travail, de la santé au travail, des "problèmes publics" et de l'action publique, cette recherche s'intéresse à la manière dont les salariés les plus exposés à la radioactivité et aux autres risques professionnels dans l'industrie nucléaire perçoivent leur environnement de travail et aux moyens dont ils disposent pour faire valoir leurs droits. La thèse étudie tout particulièrement les dynamiques d'enquête engagées depuis l'intérieur des installations nucléaires autour des risques professionnels et à leur circulation dans différentes arènes (médicale, syndicale, scientifique, judiciaire, médiatique, parlementaire).
 
 
Cette recherche, qui s’inscrit dans un projet plus large d'étude de la production de connaissances sur les risques professionnels et de l'(in)action publique en la matière, se poursuivra ensuite grâce à un contrat post-doctoral réalisé dans le cadre d'une enquête pluridisciplinaire portant sur une épidémie de cancers dans le sud-est de la France. Cette enquête sera particulièrement attentive aux parcours de personnes malades engagées dans des démarches de reconnaissance en maladie professionnelle et aux dispositifs de réparations existants et à ceux mis en œuvre, de manière alternative, par les publics concernés.



Contact : 
Marie-Aurore Ghis-Malfilatre