Michael Fernandez débute une thèse au laboratoire Pacte

Michael Fernandez débute une thèse au laboratoire Pacte

Thèse : la question du changement d'échelle dans la diffusion de l'hydrogène. Actualité française, expérience japonaise. Une analyse néo-institutionnaliste discursive

 

Cette thèse, financée par l'Ademe et cofinancée par EDF, est dirigée par Thomas Reverdy (Pacte) et co-dirigée par Mathieu Brugidou (EDF).

 

Ancien étudiant de Sciences Po Lyon, mon cursus m'a amené à me spécialiser en relations internationales contemporaines, plus particulièrement sur l'aire géographique asiatique. En parallèle, j'ai également réalisé, en partenariat avec l'ENS de Lyon un master en sciences sociales consacré à l'Asie.Sensible depuis toujours aux enjeux environnementaux et énergétiques, j'ai peu à peu affiné mon domaine de spécialisation autour de ces thématiques, cela se traduisant par des travaux sur les politiques énergétiques japonaises. Curieux vis-à-vis de ce pays, j'y ai vécu une année entière pour y apprendre sa langue dans le cadre d'un échange universitaire. J'y ai ensuite résidé quelques mois pour mon master. Souhaitant alors me recentrer sur la situation énergétique française, j'ai proposé un sujet de thèse à l'ADEME, visant à observer de façon croisée, la façon dont l'hydrogène se faisait une place dans le paysage énergétique des deux pays. C'est aujourd'hui avec beaucoup de plaisir que j'ai rejoint en Octobre le laboratoire Pacte pour réaliser cette recherche.



Chercheur.e.s impliqué.e.s : 

Ouvert à tous