Norbert Elias et la socio-histoire de la petite enfance

Intervenant : Michel Christian, adjoint scientifique à l'Université de Genève

Discutants :

Il s'agit de mesurer ce que la sociologie de Norbert Elias peut apporter à l'histoire de la petite enfance – catégorie encore en quête de socle notionnel -, étant donné qu'Elias a fait de l'enfance une phase clé de la socialisation et de ce qu'il a appelé le "processus de civilisation" avec le retentissement que l’on sait. Lui-même ayant peu parlé de l'enfance, cette présentation fera un état des lieux de la réflexion et proposera des pistes pour aller plus loin. De fait, l’approche d’Elias ne pousse-t-elle pas à penser ensemble sociologie et biologie ? N’y a-t-il pas lieu de revenir sur les mécanismes sociaux de distinction sociale, non plus comme simple fonctionnement mimétique, mais en prenant davantage en compte la masse des dispositifs et institutions fonctionnant sur l’injonction, le contrôle, voire la coercition ? Enfin, n’est-il pas temps de croiser la sociologie d’Elias avec l’historiographie récente des femmes et du genre dans le domaine de la petite enfance ?    

Michel Christian est adjoint scientifique à l'Université de Genève. Assistant au département d'histoire générale entre 2004 et 2011, il s'est consacré à l'étude des partis communistes du bloc soviétique du point de vue d'une histoire sociale du politique, en s'intéressant aux cas est-allemand et tchécoslovaque. Il travaille actuellement sur les politiques d'aide au développement en Europe de l'Ouest et en Europe de l'Est pendant la Guerre froide, dans le cadre d'un projet dirigé par la Pr. Sandrine Kott et financé par le Fonds national de la recherche scientifique suisse (Shared modernities or competing modernities ? Europe between West and East, 1920s-1970s).

 




Contact : 
Aurélien Lignereux
Cycle de séminaire :