Offre de stage : Les pratiques du bivouac dans le Parc national des Écrins

Offre de stage : Les pratiques du bivouac dans le Parc national des Écrins

A)Contexte du stage :

Refuges sentinelles est un dispositif d’observation et d’animation pluridisciplinaire, partenarial et participatif de la haute montagne. Il a été initié depuis 2016 par Parc National des Écrins et le Labex Innovation & Transitions Territoriales en Montagne, en partenariat avec le CDP Trajectories-UGA et l’Agence Française de la Biodiversité dans le cadre du programme Sentinelles des Alpes, sur la base de 4 objectifs :

1/ interroger les relations Humains-Climat-Biodiversités en développant des questions croisées entre sciences de la nature et de la société, et en impliquant les professionnels et le public

2/ développer des méthodologies adaptées à la haute montagne pour répondre aux enjeux accrus des espaces protégés, territoires et acteurs touristiques et sportifs

3/ réaliser dans la durée des campagnes d’observation à partir d’un panel diversifié de refuges comme lieu de recherche et de diffusion de la culture scientifique

4/ mettre à disposition des chercheurs et opérateurs les données issues des dispositifs de mesure et d’observation basés sur les ressources des refuges

Cette démarche repose sur 4 axes + 2 approches qui constituent le cœur du dispositif et intègrent pleinement une dimension participative : 1/fréquentations, pratiques et métiers 2/ météorologie & climatologie au service des refuges 3/ biodiversités 4/ géomorphologie & risques et 5/ photoconstats 6/ diffusion de la culture scientifique.

 

B)Orientation et objectifs du stage

L’été 2020 a confirmé s’il en était besoin l’engouement croissant pour les pratiques de bivouac et de camping léger : numéros de revues, réseaux sociaux, publicités pour un matériel technique de plus en plus léger, confortable et accessible… Le contexte de la crise sanitaire a amplifié des tendances observables depuis plusieurs années : recherche de liberté et de souplesse, d’immersion dans la nature, individuation des comportements ; ceci aussi bien dans le domaine de l’alpinisme que dans ceux de la randonnée itinérante et de la marche ultralégère (M.U.L).

Les pratiques de bivouac concernent par définition un éventail très ouvert de sites possibles (cols, lacs, belvédères…), ce qui accentue leur caractère diffus et parfois discret. Dans le même temps, les témoignages recueillis à l’occasion du débriefing interprofessionnel de fin de saison 2020 du dispositif Refuges sentinelles ont souligné un renforcement de la concentration des pratiques du bivouac à proximité des refuges et leurs interactions croissantes avec ceux-ci. Les gardien.ne.s ont souligné d’une part la « dépendance » croissante des « bivouaqueurs » par rapport aux refuges (approvisionnement en eau, repas pique-niques et boissons, toilettes, informations d’ordre technique et culturel…).

Dans ce contexte, les gardien.ne.s de deviennent de fait des « gérants » d’aires de bivouac situées à proximité des refuges, des prestataires de nouveaux services et pourvoyeurs d’informations. Autant de nouvelles dimensions de leur activité encore largement impréparées et impensées qui dans certains cas —notamment sur le GR 54— bousculent significativement leur travail quotidien du fait de l’imprévisibilité des flux et des demandes auxquels ils sont confrontés.

Le constat d’accès aux espaces naturels de nouveaux publics « non-initiés » met en exergue des enjeux accrus d’information, d’éducation à l’environnement et de régulation. Ces pratiques « spontanées » sont porteuses en même temps d’un renouvellement significatif de l’intérêt pour les espaces naturels, et d’impacts potentiels sur l’environnement.

Au-delà de l’année 2020 et des futurs épisodes de la crise sanitaire, l’engouement pour le bivouac apparaît comme un phénomène structurel appelé à devenir une composante à part entière de la fréquentation de la montagne, au même titre que la fréquentation de cabanes et abris non gardés nombreux y compris dans la zone cœur du Parc.

En cohérence avec les actions conduites en faveur du développement des itinérances en randonnée et en alpinisme dans le Parc national des Écrins, c’est l’ensemble de ces constats qui motive la proposition d’un stage dédié aux pratiques du bivouac dans le Parc national des Écrins, réalisé en immersion.

Ce travail s’inscrit dans le prolongement et l’approfondissement de 2 séries de travaux exploratoires conduits sur ce sujet dans le cadre du dispositif Refuges sentinelles :

  • en 2018-2019 des premiers travaux de repérage des aires de bivouac à proximité des refuges ont été conduits d’abord en autofinancement sur le programme RefLab (Labex ITEM) puis en partenariat avec le programme RECREBIODIV (Sandra Lavorel LECA et Mélanie Marcuzzi, autofinancement RefLab)
  • en 2019 un mémoire de Master 2 a défriché le sujet sur le plan historique, géographique et culturel à partir d’approches documentaires et d’une enquête en ligne (Juliette Gauchon USMB)

La valeur ajoutée attendue d’une nouvelle phase de travail est de réaliser une approche de terrain pour appréhender in situ et vivo les pratiques et pratiquant.e.s du bivouac sous toutes ses formes.

Le stage proposé se déroulera sous forme de recherche itinérante du 15 juin au 15 août 2021, afin de mettre en œuvre une série de relevés, enquêtes et observations au plus près des pratiques du bivouac, aussi bien à proximité des refuges que dans des sites isolés. Les axes de recherche et les méthodologies mobilisées portent sur :

  • Repérage complémentaire aux étapes exploratoires (2019-2019), comptages sur sites, typologie et cartographie des sites fréquentés ;
  • Interviews des pratiquant.e.s : motivations, sources d’information utilisées, préparation et connaissance de la montagne, profil, comportements, sensibilité et éthique environnementale, connaissance de la règlementation du parc, attentes vis-à-vis du Parc, relation et attentes vis-à-vis des refuges ;
  • Observation en immersion : comportements, interactions avec le milieu naturel (y compris comportements en matière de déchets de déjections, de feux...), discours, matériel utilisé... ;
  • Inventaire photographique des pratiques (installations, matériel).

Sites retenus : choix de configurations complémentaires : itinéraires de randonnée (GR 54, Grand tour des Écrins), refuges de haute montagne, lacs, cols, belvédères, abris et cabanes non gardés…

 

Livrables attendus en fin de stage :

  • Rédaction d’un mini-guide de bonnes pratiques à destination des bivouaqueurs ;
  • Propositions d’informations et de services envisageables à destination des bivouaqueurs à l’échelle du Parc, des OT et des refuges ;
  • Géolocalisation des emplacements observés, dans un format compatible avec les outils cartographiques du Parc et de la cartographie interactive Refuges sentinelles ;
  • Rapport de synthèse illustré sur les résultats des relevés, comptages, enquêtes et observations réalisés sur le terrain ;
  • Fact sheet et poster de synthèse ;
  • Évaluation de l’intérêt et de la faisabilité d’installations de photo-constats pour documenter des pratiques du bivouac sur un panel de sites pertinents ;
  • Documentation photographique indexée et géolocalisée

 

C)Calendrier de travail

Mars-mai 2021

  1. Travail de documentation sur l’arrière-plan culturel et matériel de la pratique du bivouac : discours et représentations dans les médias, les réseaux sociaux et la publicité ; collecte de données chiffrées sur les ventes de matériel ; consultation des magasins de sport, offices de tourisme et bureaux de guides des vallées du Parc
  2. Passation d’entretiens semi-directifs auprès des gardiens de refuges et agents du parc pour mieux caractériser les nouveaux publics, leurs comportements, et les incivilités constatées (traitement des données disponibles sur l’été 2020)
  3. Préparation du travail de terrain : élaboration de grilles d’observation et d’entretiens, sélection et configuration du matériel utilisé, itinéraire et sites d’investigation
  4. Rapport d’étape et rédaction des livrables basés sur les résultats des recherches documentaires

Juin/juillet-15 août 2021

Itinérance en immersion sur le terrain, avec haltes sur sites de bivouacs

15 août-31 août 2021

Rédaction des livrables : traitement des matériaux collectés, rapport de terrain, tri et indexation de la documentation photographique, rédaction d’une fact sheet et ou d’un poster de synthèse des résultats

 

D)Encadrement du stage

Le stage se déroulera au sein de l’UMR PACTE-CNRS sous la responsabilité de Philippe Bourdeau (PACTE).

 

E)Profil recherché

Formation : master (1 ou 2) Staps, géographie, écologie, tourisme, ethnologie, économie & gestion…

Critères de recrutement : motivation, curiosité, sens du relationnel, travail en équipe ; rigueur méthode et organisation ; autonomie et capacité d’initiative

Compétences spécifiques : autonomie de déplacement en montagne pour l’accès aux refuges

 

F)Conditions de stage

Durée et période : stage de mars à août 2021 (4 à 5 mois selon calendrier de formation)

Lieu d’activité :

  • Mars à mai 2021 : Laboratoire PACTE, Cité des Territoires - Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine, Université Grenoble-Alpes (et/ou télétravail)
  • Juin/juillet à août 2021 : itinérance sur le terrain du Parc national des Écrins

Jours d’activité : Lundi/mardi/mercredi/jeudi/vendredi + travail possible week-end et jours fériés du fait du contexte touristique (avec 2 jours de repos dans la semaine).

Horaires d’activité : 35 heures par semaine

Gratification de stage : selon la règlementation en vigueur

Avantages en nature : si besoin hébergement gratuit en refuges + remboursement des frais de repas en refuge sur la base de la demi-pension + remboursement des frais de déplacement sur la base du planning défini au préalable

 

Le dossier de candidature (CV et lettre de motivation) doit être adressé avant le 15 janvier 2021 à et




Ouvert à tous
Fichier attachéTaille
Icône PDF appel_a_candidature_stage_rs_bivouac_2021.pdf155.7 Ko