Stage Master 2 : Cartographier la biodiversité quotidienne des habitants de la métropole grenobloise. Mise en ligne et en récit de parcours commentés.

Stage Master 2 : Cartographier la biodiversité quotidienne des habitants de la métropole grenobloise. Mise en ligne et en récit de parcours commentés.

 

Contexte de l’étude

Cette offre de stage s’insère dans le programme de recherche intitulé « De la biodiversité aux bio-socio-diversités : croisement d’expertises scientifiques et vernaculaires dans la métropole grenobloise », piloté par le Laboratoire PACTE en collaboration avec la Métropole de Grenoble et l’Agence d’urbanisme. Ce projet entend développer l’apport des sciences humaines et sociales aux réflexions autour de l’observatoire de la biodiversité mis en place par la Métropole de Grenoble. Il alimentera les réflexions autour des « indicateurs » permettant de définir ce qui fait « patrimoine » dans la biodiversité métropolitaine, en explorant la manière dont les expériences habitantes peuvent être prises en compte, en complément des expertises scientifiques. Plus largement, il développera une réflexion autour des relations ville / montagne dans la métropole de Grenoble, à travers les pluralités de vivre et d’expérimenter « la nature ». La conservation de la biodiversité est généralement conçue de manière détachée des enjeux sociaux, à partir d’expertises scientifiques et techniques. Ainsi, la conservation de la biodiversité « traditionnelle » s’appuie sur des inventaires d’espèces ou d’habitats dits remarquables, dont la liste est définie grâce à des critères formulés par des experts (scientifiques ou des associations naturalistes) et dont la mise en œuvre s’impose aux territoires et ses habitants. Le processus de catégorisation qui en découle (depuis la protection d’espèces ou d’espaces au classement en gibier, etc.) produit des effets politiques, en formulant la manière dont nous devons collectivement penser et prendre en compte les différents éléments de l’environnement.

 

Ce projet souhaite explorer la diversité des expériences de la nature en ville, en campagne, en vallée, en montagne, en intégrant les expériences habitantes elles-mêmes. Il s’agit ainsi de recenser la diversité potentielle des natures ordinaires et quotidiennes des habitants comme celle des natures remarquables des habitants, c'est-à-dire les éléments de nature pour lesquels des habitants s’engagent pour porter une attention particulière (notamment de protection). Ce recensement s’attachera à saisir plusieurs questions. Quelles sont les relations que les habitants développent avec leur milieu de vie ? Qu’est ce qui compte pour eux au quotidien ? Au-delà d’une nature « cadre de vie », quels sont les processus qui amènent les habitants à accoler à certains éléments de nature des enjeux politiques autour desquels des collectifs s’engagent dans leur lieu de vie, de loisir, entre ville et montagne ? Afin de répondre à ces questionnements il est prévu de mener à l’automne 2020 et au printemps 2021 une trentaine d’entretiens semi-directifs avec des habitants et d’effectuer avec eux des parcours commentés dont ils choisiront l’itinéraire pour donner à voir les natures qui comptent pour eux. Pour mettre en valeur ces résultats une cartographie en ligne restituant l’ensemble des tracés réalisés lors des entretiens sera mise en place. Des éléments significatifs de la biodiversité décrite par les habitants seront également 2 représentés à l’aide de différents médias : ambiance sonore, photographies ou encore vidéos. Cette cartographie en ligne sera présentée à un ensemble d’acteurs, d’élus de la métropole et au comité scientifique de l’observatoire de la biodiversité, pour mettre en débat ce qu’elle donne à voir des natures qui comptent pour les habitants, d’un « patrimoine habitant ». 

 

Missions du stage

Avec l’aide de ses tuteurs de stage et de l’équipe de recherche du programme « BioSocioDiversité » (environ 15 personnes regroupant chercheur.e.s et chargé.e.s de missions dans les collectivités partenaires), le ou la stagiaire aura comme tâches :

  • La conception d’une application de webmapping représentant l’ensemble des parcours commentés réalisés sur le thème de la biodiversité. Il s’agira de trouver une solution adéquate d’hébergement pour cette cartographie en ligne (site gratuit ou payant) et de construire l’intégralité du SIG avec les données recueillies lors du travail de terrain (traces GPS, captations sonores, photographies, vidéos, extraits des entretiens). A terme (horizon 2022) cette cartographie en ligne aura vocation à être enrichie et amendée par les usagers et cette ouverture à une cartographie participative devra être réfléchie en amont.
  • La réalisation de 5 à 10 parcours commentés auprès des habitants de la métropole en utilisant la méthodologie mise en place pour le projet (guide d’entretien, relevé des traces GPS et des point d’intérêts, captation sonore et photographie/vidéo). Les parcours seront effectués en collaboration avec d’autres membres de l’équipe de recherche ou des étudiants de la L3 « Géographie et Aménagement » de l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine (IUGA) de Grenoble.
  • La présentation à l’issue du stage de l’application de webmapping devant les membres du projet, le comité de pilotage les élus et le comité scientifique de l’observatoire de la biodiversité. Mise en débat des résultats.  

 

Profil recherché

Etudiant.e en Master 2 dans les domaines de la Géomatique et de la Géographie.

 

Compétences techniques et savoirs-être

  • Maitrise des outils ArcGisPRO et/ou QGis.
  • Maîtrise des techniques de Webmapping
  • Connaissance d’ArcGIS Online ou d’outil équivalent -
  • La création de site web (par exemple Wordpress, Drupal) serait un plus (pour la publication des cartes, vidéos, captations sonores etc.)
  • Des connaissances en enquêtes en sciences sociales serait un plus -Esprit d’initiative et capacité à formuler des propositions.
  • Capacité à chercher de l’information et des ressources.
  • Goût du contact, aisance relationnelle.
  • Sens de la rigueur, de l’organisation du travail. 
  • Intérêt pour les questions liées à la biodiversité.

 

Aspects administratifs et financiers

Stage de 6 mois à partir de février/mars 2021 au Laboratoire PACTE à Grenoble.

Rémunération du stage au tarif en vigueur.

Défraiement lors des déplacements sur le terrain.

Encadrants : Dominique Baud, Coralie Mounet (PACTE) et Marc Higgin (Cresson).

Candidature comprenant une lettre de motivation + CV à envoyer d’ici le 31 octobre par mail aux adresses suivantes : dominique.baud@univ-grenoble-alpes.fr ; coralie.mounet@univ-grenoble-alpes.fr; marchiggin@icloud.com



Chercheur.e.s impliqué.e.s : 

Ouvert à tous
Fichier attachéTaille
Icône PDF stage_biosociodiversitesvf.pdf441.45 Ko