Type de publication:

Articles

Source:

SociologieS, Toulouse : Association internationale des sociologues de langue française (2019)

ISBN:

1992-2655

Numéro d'appel:

hal-01985085

URL:

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01985085

Résumé:

La place du français dans la recherche scientifique n'a pas échappé à Claude Hagège. En reprenant le point de vue du célèbre linguiste, exposé notamment dans son ouvrage de 1987, Le français et les siècles, on peut d'abord rappeler l'ancienneté de la question. Dès les années 1960, nous dit-il, les autorités françaises s'émeuvent que le français est évincé des sciences en France même. Relire ces pages qui datent de trente ans montre la constance des difficultés pour garantir la diffusion de la science en français. Une diffusion, précise-t-il, qui ne peut pas être confondue avec celle de la science française ou francophone, ni non plus de la langue française. Surtout, les constats de Hagège relèvent une défaillance principale qui, me semble-t-il, reste aujourd'hui encore à corriger si l'on veut faciliter la diffusion en français de la recherche en sciences sociales. En effet, le danger serait de ne pas considérer en premier que le rayonnement international d'une recherche dépend aussi de la qualité de la communication scientifique. Et de citer à la fois cette affirmation et cette recommandation de Claude Hagège auxquelles je souscris : « La valeur d'un article scientifique est largement fonction de la rigueur et de la clarté de sa construction. Celles-ci devraient donc faire l'objet d'un enseignement spécifique donné dans les universités en vue d'apprendre aux chercheurs comment exposer leurs résultats et leurs découvertes. […] Il est souhaitable d'utiliser une langue simple et dépouillée plutôt que chargée d'éléments décoratifs : la valeur d'un article scientifique, si elle est fonction de sa clarté et de sa rigueur, n'est pas fonction du caractère littéraire de sa langue ; le français ne peut à la fois prétendre élargir son audience dans le monde scientifique et conserver les traits d'un code de luxe dans les travaux de recherche […]. » 1 Les revues de sciences sociales en langue anglaise ou américaine ont généralement cette exigence de rigueur et de clarté. Leur impact scientifique international vient fondamentalement de là. Il faut tenir compte de ce constat pour considérer que la diffusion en français de la recherche en sciences sociales est également une question de présentation des contenus scientifiques, que l'enjeu bien réel du choix de la langue ne peut minorer. La diffusion en français viendra si cette exigence est assurée. C'est à cette condition que le processus s'enclenche, lorsque le lecteur d'un résumé ou d'un article (en français ou dans une autre langue) est amené pour sa propre recherche ou son enseignement à se reporter aux travaux en français qui ont nourri les conclusions qui l'intéressent. L'enjeu n'est pas mince. Il est surtout urgent lorsqu'à longueur de lectures en français de rapports de recherche, mémoires et thèses, articles et ouvrages, on regrette bien souvent que des observations ou des conclusions qui permettraient des discussions sinon des avancées scientifiques se noient dans des circonvolutions et des fioritures qui pénalisent la diffusion des résultats. Davantage de rigueur et de clarté donneraient pourtant envie d'en savoir plus sur les travaux qui les produisent. Le chantier concerne beaucoup d'acteurs, dont les revues scientifiques, car les actions à mener se situent à différents niveaux. C'est ce sur quoi Hagège a également insisté avec force, ne manquant pas en l'espèce de préconisations précises qui auraient pu probablement produire des effets si elles avaient été entendues. Aussi la revue SociologieS, qui a le mérite de poser à nouveau le débat sur la diffusion en français de la recherche en sciences sociales, at -elle un rôle essentiel à jouer en pratiquant comme le font les revues internationales anglophones à fort impact une rigoureuse sélection parmi les articles qui lui sont proposés. 1 Claude Hagège (1998). Le français et les siècles. Paris, Odile Jacob, 235-236.

Notes:

Humanities and Social Sciences/Political scienceJournal articles