Type de publication:

Thesis

Source:

Université Joseph-Fourier - Grenoble I (2004)

Numéro d'appel:

tel-00008732

URL:

https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00008732

Résumé:

Hiking-path networks are intimately related to the rural areas they cross. They are also used by the managers of nature reserves to enhance their acceptance by, and cooperation with, the functional areas within which they have been established. The managerial approach of such networks is currently based on continual consultation with stakeholders and can be considered as a means of mediating in local-area issues. The encouragement of collective action is part of an effort to establish cooperation between local areas. This should enable unilateral, fragmented, area-based approaches to be transformed into global, interconnected, negotiated ones in which local areas develop in conjunction with one another. It thus remains to be seen whether the conflict between reticular and areolar geographical zones can contribute to the development of new managerial and organizational methods for protected areas. This study attempts to introduce a novel approach based on the pairing the notions of network and local area and applying this to environmental management. Hiking-path networks have rarely been studied scientifically, despite offering definite opportunities as regards the interconnection of local areas.Les réseaux de sentiers sont en étroite interaction avec les territoires ruraux qu'ils sillonnent. Cet objet réticulaire est en outre mobilisé par les gestionnaires d'espaces naturels protégés dans l'optique d'une meilleure acceptation–articulation de ces territoires avec les territoires fonctionnels sur lesquels ils sont implantés. Un souci de concertation caractérise désormais la gestion des réseaux de sentiers, qui se présente comme un outil de médiation territoriale. La promotion de modalités d'action collective, participe en cela d'une recherche d'inter-territorialité permettant le passage d'une logique d'affirmation territoriale unilatérale et individuelle (fragmentation) à une logique globale et négociée de co-construction territoriale (interconnexion). La question est alors de savoir si la confrontation de formes géographiques réticulaire et aréolaire peut contribuer au développement de nouvelles modalités de gestion et d'organisation des espaces protégés. L'originalité de cette recherche tient notamment à l'application du couple conceptuel réseau-territoire aux espaces naturels et ruraux, ainsi qu'à son inscription dans le champ de la gestion de l'environnement. De plus, les réseaux de sentiers n'ont que très rarement été investis scientifiquement alors qu'ils présentent de réelles potentialités en terme d'interconnexion territoriale.

Notes:

Debarbieux Bernard (co-directeur)Humanities and Social Sciences/GeographyTheses