Type de publication:

Articles

Source:

Flux - Cahiers scientifiques internationaux Réseaux et territoires, Metropolis / Université Paris-Est Marne la Vallée, Ticket 126, Nombre 126, p.1-13 (2021)

ISBN:

1154-2721

Numéro d'appel:

hal-03554278

URL:

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03554278

Mots-clés:

gouvernance, marché de l'électricité, partage de l'énergie, proximité, Territoire

Résumé:

In this introduction to the special issue of the journal Flux, the authors recall the plurality of definitions of the term energy community in the social science literature, particularly in geography and urban planning. They underline the two emerging French-speaking research currents: one interested in the emergence and role of energy communities within the energy sector, essentially electricity, the other considering energy communities as a renewed field of action of territorial actors and local public policies. The cross-sectional analysis of the four articles (Assié, Maitre, Aubert-Souami and Fonteneau), the interview with Didier Laffaille, secretary of the Prospective Committee of the Commission de Régulation de l'Energie (French Energy Regulatory Commission) and the papers from the webinar series "Energy communities for collective self-consumption: frameworks, practices and tools" highlights two forms deployed in France. The citizen cooperative is positioned as a market player, distinct from capitalist players, while collective self-consumption withdraws flows from the market to share them in spatial proximity. Their deployment trajectory combines local mobilisation, trans-territorial structuring and state framing in very different ways.Dans cette introduction du numéro spécial de la revue Flux, les auteurs rappellent la pluralité des définitions de l'expression communauté énergétique dans la littérature en sciences sociales et notamment en géographie et l'aménagement et de la ville. Ils soulignent les deux courants de recherche émergents : l'un s'intéressant à l'émergence et au rôle des communautés énergétiques au sein de la filière énergétique, essentiellement électrique, l'autre considérant les communautés énergétiques comme un champ d'action renouvelé des acteurs des territoires et des politiques publiques locales. L'analyse transverse des 4 articles (Assié, Maitre, Aubert-Souami et Fonteneau), de l'entretien avec Didier Laffaille, secrétaire du comité Prospective de la Commission de Régulation de l'Energie et des communications du cycle de webinaires "Communautés énergétiques, autoproduction, autoconsommation : cadrages, pratiques et outils" met en exergue deux formes déployées en France. La coopérative citoyenne se positionne comme un acteur du marché certes distinct des acteurs capitalistiques tandis que l'autoconsommation collective retirent des flux du marché pour les partager dans la proximité spatiale. Leur trajectoire de déploiement combine mobilisations locales, structuration trans-territoriale et cadrage par l'Etat de façons très différentes.

Notes:

Agence Nationale de RechercheHumanities and Social Sciences/Architecture, space managementHumanities and Social Sciences/GeographyJournal articles

Equipe de recherche :