Type de publication:

Articles

Source:

Territoire en mouvement.Revue de Géographie et d'Aménagement, Université des Sciences et Technologies de Lille (2020)

ISBN:

1954-4863

Numéro d'appel:

hal-02501574

URL:

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02501574

Résumé:

Through exploring foodscapes of the Grenoble metropolitan region, this paper aims at drawing a diagnosis of the agriurban model to highlight to what extent the food question tests this latter while providing prospective potentials. To do so, we ask here how taking into account food issues within agriurban contexts provides a renewal within contemporary urbanism - often mentioned as sustainable. This research was conducted through collective and prospective walks and informs us about agriurban foodscapes, their forms and systems of relations. It shows the disconnections between contemporary urbanism and inhabitants, their vital needs and more globally the soil, while fostering working hypothesis towards more “fertile”, “adaptive” and “embedded” agriurban fabrics. Considering agriurban through foodscapes we then contribute to the renewal of landscape thinking and thus we highlight propositions towards a development of tools and stakes of sustainable territorial planning. Could exploring foodscapes be a tool to “land” sustainable urbanism, especially within agriurban territories ?A travers l’exploration de paysages alimentaires de la Métropole grenobloise, cet article se propose d’établir un diagnostic de l’agriurbain pour révéler comment la question alimentaire le met à l’épreuve tout en dégageant des potentiels prospectifs. Pour ce faire, nous nous demandons ici dans quelle mesure la prise en compte des enjeux alimentaires en milieu agriurbain permet de renouveler l’urbanisme contemporain – communément qualifié de durable. La recherche, menée sous la forme de marches collectives et prospectives, nous informe sur les paysages alimentaires agriurbains, leurs formes et systèmes de relations. Elle donne à voir les déconnexions de l’urbanisme contemporain avec les habitants, leurs besoins vitaux et le plus généralement le sol tout en soulignant des hypothèses de travail pour une fabrique agriurbaine plus « fertile », « adaptative » et « ancrée ». A regarder l’agriurbain au prisme des paysages alimentaires, nous oeuvrons ainsi au renouveau de la pensée des paysages et mettons dès lors en exergue des propositions dialectiques pour faire évoluer les outils et enjeux de la planification territoriale durable. Explorer les paysages alimentaires ne serait-il pas un moyen de faire « atterrir » l’urbanisme durable notamment dans les territoires agriurbains ?

Notes:

Humanities and Social Sciences/Architecture, space managementHumanities and Social Sciences/GeographyJournal articles

Equipe de recherche :