Type de publication:

Conference Paper

Source:

Table Ronde 3 : Le politique et la dynamique des relations professionnelles. 8e Congrès de l'AFSP, Lyon, France (2005)

Numéro d'appel:

halshs-00290366

URL:

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00290366

Résumé:

La politique de gestion des intérêts collectifs repose sur une instrumentation, un outillage institutionnel, aujourd'hui en crise. L'établissement progressif d'une sphère des relations professionnelles, à partir de la fin du XIXème siècle, devait assurer la stabilité de l'ordre politique en posant des conditions à l'exercice du pouvoir économique. La globalisation remet en cause ce modèle de régulation du capitalisme à base nationale. Les travaux néoinstitutionnalistes s'efforcent depuis quelques années d'interpréter ces dérèglements, en insistant sur l'inertie propre aux logiques institutionnelles, une tautologie peu éclairante. Un retour sur la " vieille doctrine institutionnaliste " française permet de formuler une nouvelle hypothèse : c'est le modèle même du gouvernement par l'institution, plutôt que les instruments au service de l'institution, qui met la régulation politique du travail en crise.

Notes:

08Humanities and Social Sciences/Political scienceConference papers