Type de publication:

Articles

Source:

Revue d'Anthropologie des Connaissances, Société d'Anthropologie des Connaissances, Volume 1, Ticket 2, p.267-296 (2007)

ISBN:

1760-5393

Numéro d'appel:

hal-00231053

URL:

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00231053

Mots-clés:

DéCOUPLAGE

Résumé:

This article focuses on the merging of two laboratories. It explores this merger from the point of view of the specific social, organisational, technological and cognitive dynamics that it generates. Studying these provides access to processes that are by and large ignored in studies of the sciences, i.e. how such situations are managed. It therefore offers a comprehensive overview of the dynamics at work and which lead to the setting up of a new laboratory, as well as the practices and discourse of laboratory members with respect to the merge. Portrayed, in literature and by those involved, as an ideal entity for producing scientific knowledge, the laboratory is here questioned. The situation studied, in which two laboratories are encouraged to merge, calls into question the very nature of these laboratories (both before and after the merge) and the dynamics at work. These are conceptualised in terms of uncoupling, detachment, framing and embeddedness. The research is based on observation carried out in the field and interviews with the actors. The ethnographic survey questions dimensions relating to laboratory life, which are usually studied very little. It attempts to report on the processes at work and document the way the laboratories are transformed. It underlines the importance of the management processes and the stakes these represent for the researchers with respect to their work strategy. It portrays scientific activity as an object of management, whose modes of existence we attempt to explain.Le présent article se penche sur un cas de fusion de deux laboratoires. Il porte son attention sur cette situation en tant qu'elle génère des dynamiques sociales, organisationnelles, techniques et cognitives particulières dont l'étude permet d'accéder à des processus généralement peu étudiés dans les études sur les sciences, à savoir sa gestion. Il propose donc une étude compréhensive des dynamiques à l'œuvre conduisant à l'institution d'un nouveau laboratoire, ainsi que des pratiques et des discours de ses membres par rapport à la fusion. Le laboratoire, souvent considéré dans la littérature et par les acteurs comme entité pertinente de la production de connaissances scientifiques, est ici questionné. La situation étudiée, où des laboratoires sont incités à fusionner, permet d'interroger à quoi correspondent les laboratoires (avant et après fusion) et quelles dynamiques sont à l'œuvre. Elles sont conceptualisées en termes de découplage, de détachement, de cadrage et d'encastrement. La recherche repose sur un travail d'observation directe sur le terrain et sur des entretiens avec les acteurs. L'enquête ethnographique questionne des dimensions de la vie de laboratoire habituellement peu étudiées. Elle tente de rendre compte des processus à l'œuvre et de documenter la transformation des laboratoires. Elle met en évidence l'importance des processus de gestion et les enjeux qu'ils représentent pour les chercheurs par rapport à leur stratégie de travail. Elle expose l'activité scientifique comme objet d'une gestion dont nous tentons d'expliciter les modes d'existence.

Notes:

http://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2007-2.htmHu... and Social Sciences/SociologyJournal articles

filet
Tag biblio :