Type de publication:

Book Chapter

Source:

L'action publique et la question territoriale, PUG (Presses Universitaires de Grenoble), p.107-130 (2005)

Numéro d'appel:

halshs-00286799

URL:

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00286799

Résumé:

S'il est un "secteur" où l'État républicain a depuis plus d'un siècle joué un rôle majeur, c'est bien celui de l'éducation. Pourtant, l'intervention des villes dans le domaine de l'éducation n'est pas neuve, et l'action de l'État central s'est, dès la première moitié du XIXe siècle, appuyée sur la participation active des communes à l'entreprise de scolarisation. Depuis les années 1970, et surtout depuis les lois de décentralisation, les villes sont encore plus entreprenantes et ont tendance à accorder plus d'énergie et plus d'argent à l'éducation. Malgré cet engagement, ou en raison même de l'intensité de cette implication, elles se sentent corsetées dans leurs initiatives par la puissance de l'Éducation nationale. Si l'on excepte quelques villes pionnières en la matière, c'est plus récemment que de véritables politiques éducatives territoriales s'élaborent, face à des situations que l'institution scolaire est de moins en moins en mesure d'affronter et de maîtriser seule, et en s'appuyant en particulier sur les dispositifs ou les démarches partenariales que sont le Contrat éducatif local ou la Veille éducative.