Type de publication:

Book Chapter

Source:

Les exclus en Europe, vers 1830-vers 1930,, Les Editions de l'Atelier,, p.pp. 253-266 (1999)

Numéro d'appel:

halshs-00343195

URL:

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00343195

Résumé:

Le criminel à la fin du XIXème siècle doit être vu comme « une figure de l'altérité qui relève d'un écart à la norme morale et juridique » et non pas comme figure d'exclu. Le phénomène de la récidive et les solutions qu'il a engendrées révèlent des agencements et des conceptions qui peuvent nous sembler un paradoxe de la république (au vu d'une image illustrée avec éclat par de grandes lois de libertés publiques), mais en fait dévoilent tout simplement une facette, un trait saillant de la république à l'oeuvre.<br /><br />Les lois autour du récidiviste, et particulièrement celle du 27 mai 1885, permettront de travailler ce “paradoxe” : le choix de mesures législatives relevant de l'exclusion (au sens où il y aura mise à l'écart volontaire, un rejet hors de la terre métropole et de la communauté)., et “parallèlement”, d'une logique de prévention.<br /><br />Ces deux conceptions esquissent assez bien l'ambivalence, la complexité ou tout simplement la “spécificité” de la République à l'épreuve du pénal.

Notes:

Humanities and Social Sciences/Political scienceBook sections

Equipe de recherche :