Type de publication:

Book Chapter

Source:

Les partis de la gauche anticapitaliste en Europe, Economica, p.157-176 (2012)

Numéro d'appel:

halshs-00818730

URL:

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00818730

Résumé:

Le Parti communiste français (PCF) est un des partis communistes ouest-européens pour lesquels le desserrement du lien historique au communisme soviétique s'est le plus difficilement et tardivement opéré. Dans la période la plus récente, le communisme continuerait à exercer en France une certaine fascination, selon Marc Lazar , et le communisme perdurerait comme une " passion française ". Ce terreau spécifique explique peut-être que la reconversion du PCF d'un parti communiste orthodoxe en parti de gauche anti-capitaliste n'ait été entamée officiellement qu'en 1994, à travers une " mutation " organisationnelle et politique, lancée par son secrétaire national de l'époque, Robert Hue. Aujourd'hui, le PCF n'a plus rien de comparable avec ce qu'il était dans le passé ; si le " label " communiste perdure, il ne recouvre plus la même réalité sociale . Comme ce chapitre s'attache à le montrer, la " mutation " de l'organisation s'est s'effectuée sous contraintes : contraintes liées à l'histoire du PCF, qui a du rénover son discours et son organisation dans les années 1990 ; contraintes liées à la rétractation de l'organisation et aux transformations du militantisme ; contraintes des alliances électorales et du financement public qui placent le PCF en situation de " semi-cartellisation " . Ces contraintes n'empêchent cependant pas le PCF de perdurer, notamment grâce à l'implantation de ses élus.

Notes:

Humanities and Social Sciences/Political scienceBook sections