Type de publication:

Ouvrages

Source:

Institut des Hautes Etudes de la Sécurité Intérieure, p.203 (2003)

Numéro d'appel:

halshs-00290251

URL:

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00290251

Résumé:

Cet ouvrage, à l'entrecroisement de la sociologie des professions et de l'analyse des politiques publiques, contribue à la compréhension des nouvelles formes de régulation des désordres urbains en s'attachant au cas particulier des agents locaux de médiation sociale. Ces derniers, crés dans le cadre de la loi sur les emplois-jeunes, peuvent être employés par des communes, des bailleurs ou des transporteurs. Ils sont censés assurer des missions de sécurisation des lieux publics, de prévention des éventuelles violences et de médiation des conflits. Ces agents sont-ils en mesure de produire du lien social dans des espaces en fragmentation ? Parviennent-ils à établir des relations de coopération avec les différents "partenaires" impliqués dans la gestion des quartiers précarisés ? A partir d'une recherche empirique dans plusieurs agglomérations françaises (région parisienne, Grenoble et Bordeaux), la réponse est plutôt négative. Missions mal définies, soutien institutionnel insuffisant, isolement, enchevêtrement des missions par rapport à d'autres acteurs, démotivation, constituent les manifestations récurrentes d'une action qui peinent à trouver ses marques.

Notes:

2-11-092848-4 / ISSN : 1263-0837