Type de publication:

Articles

Source:

Climatologie, Association Internationale de Climatologie, Volume 17, p.16 p. (2021)

ISBN:

2413-5380

Numéro d'appel:

halshs-03143410

URL:

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03143410

Résumé:

This study details the specificity of the two heat waves that occurred in the city of Grenoble (Isère, France) in June and July 2019. The processed temperature data includes 7 stations, in particular some that have never before been analysed from a climatological analysis perspective. The analyses also cover the daily temperature values projected at the scale of the urban area according to the RCP 8.5 scenario over the period 2006-2100. The results confirm that the city possesses a high degree of spatial variability during an extreme hot event, which the current measurement network is not yet able to discriminate sufficiently, not to mention the vertical contrasts that also exist. The heat waves of 2019 are a priori potential analogues of the conditions expected between now and 2050 (whereas the exceptional heat wave of 2003 would surely be representative of the normal at the end of the century). These feedbacks and quantified scientific elements on the heat wave hazard help the City of Grenoble, which is very involved in the study of climate risk, to improve and anticipate its programming and tactical urban planning to adapt to climate change, by building its own typical diagnosis of urban microclimatic characteristics.-Cette étude détaille la spécificité des deux vagues de chaleurs qui se sont produites à l'échelle de la ville de Grenoble (Isère, France) en juin et juillet 2019. Les données thermiques traitées regroupent 7 stations, en particulier certaines encore jamais analysées dans une perspective d'analyse climatologique. Les analyses portent aussi sur les valeurs thermiques quotidiennes projetées à l'échelle de l'aire urbaine en fonction du scénario RCP 8.5 sur la période 2006-2100. Les résultats confirment que la ville possède une grande variabilité spatiale lors d'un événement chaud extrême, que le réseau de mesure actuel n'arrive pas encore à discriminer suffisamment, sans compter les contrastes verticaux qui existent également. Les vagues de chaleur de 2019 sont a priori des analogues potentiels des conditions attendues d'ici 2050 (alors que l'aléa exceptionnel de 2003 serait sûrement représentatif de la normale de fin du siècle). Ces retours d'expérience et éléments scientifiques quantifiés sur l'aléa caniculaire aident la Ville de Grenoble, très impliquée dans l'étude du risque climatique, à améliorer et anticiper ses programmations et son urbanisme tactique pour s'adapter au changement climatique, en se construisant son propre diagnostic typique des caractéristiques microclimatiques urbaines. Mots-clés : canicule / été 2019 / Grenoble / réseau in situ / projections climatiques / stratégies urbaines.

Notes:

Humanities and Social Sciences/GeographyHumanities and Social Sciences/Environmental studiesJournal articles

Equipe de recherche :