Type de publication:

Articles

Source:

Acta Geographica - La Géographie, Société de Géographie, Ticket 1512, Paris, France, p.47-65 (2004)

Numéro d'appel:

halshs-00007001

URL:

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00007001

Mots-clés:

forêts

Résumé:

Huitzilac is a Mexican municipio located in the State of Morelos between Mexico City and Cuernavaca. It is really a rural area whose cities don't exceed 5 000 inhabitants. Vast woodlands with oaks and conifers form its main natural resource. Huitzilac includes several protected national parks. Unfortunately, in spite of all protections and in spite of a Mexican Ley Forestal y de Caza –Law on Woods and Game— which establishes restrictive conditions in woodland management and hunting practice, one can notice a quick degradation of the environment. <br />In fact, regulation are frequently not respected. Indeed, an intense exploitation of the forest remains very profitable there, and the pace of events is quickening for thirty years. Many farmers sell their lands and tenures to invest in tractor-trailers and chain-saws, and dedicate themselves exclusively to the extraction and sale of topsoil and wood. It is much easier, because woodland is property of local communities since the Mexican land reform.<br />These last years the Mexican authorities and local governments try to develop sustainable economic activities, alternative to the sole exploitation of woodland. They are supposed to insure at the same time environmental protection and enrichment of local populations : sustainable tourism, pharmacological survey, production and marketing of exotic plants. The present contribution draws up an appraisal of the situation and tries to analyze the conditions of the failure or success of such an operation.Huitzilac est un municipio mexicain entre Mexico et Cuernavaca, dans l'Etat de Morelos. Très rural, ses principaux centres urbains ne dépassent 5 000 habitants. De grands espaces boisés de chênes et de conifères forment sa principale ressource naturelle. Ils intègrent plusieurs parcs nationaux protégés. Malheureusement, en dépit de cette protection et de la Ley Forestal y de Caza —Loi sur la Forêt et sur la Chasse— qui établit des conditions restrictives à l'exploitation du bois et à la pratique de la chasse, on constate une rapide dégradation du milieu. Les réglementations ne sont pas, ou peu, respectées.<br />En effet, l'exploitation de la forêt est une des activités les plus rentables de l'endroit. Depuis une trentaine d'années, celle-ci s'est considérablement accélérée. Beaucoup d'agriculteurs vendent leurs terres et tous leurs biens pour investir dans l'achat de semi-remorques et de tronçonneuses afin de se consacrer exclusivement à l'extraction et à la vente de terre végétale et de bois. Cela est d'autant plus aisé que l'espace boisé fait partie des terres assignées aux communes par la réforme agraire : elles sont, d'une certaine manière, propriétés publiques.<br />Ces dernières années les autorités mexicaines et les collectivités locales tentent de développer des activités économiques touristiques durables alternatives à l'exploitation du bois, assurant à la fois la préservation du milieu et l'enrichissement des populations : veille pharmacologique, commercialisation de plantes médicinales ou ornementales, tourisme cynégétique. Dans cette perspective, la présente contribution dresse un état des lieux et tente d'analyser les conditions de l'échec ou du succès d'un tel dispositif.

Notes:

Humanities and Social Sciences/Environmental studiesHumanities and Social Sciences/GeographyHumanities and Social Sciences/Political scienceHumanities and Social Sciences/Architecture, space managementJournal articles

filet
Tag biblio :