Type de publication:

Articles

Source:

Sociétés & Représentations, Publications de la Sorbonne, Ticket 3, p.187-197 (1996)

ISBN:

1262-2966

Numéro d'appel:

hal-00434303

URL:

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00434303

Mots-clés:

Europe

Résumé:

The political instrumentalisation of knowledge and techniques in the penal or criminal field is not a republican invention, far from it. It has been the object of other powers, at other eras, in other places but it remains particularly interesting to study, to understand, to decypher for this era of the Third Republic (1870-1914), as one of its particularities is linked to the emergence of a power and of a political regime whose characteristics, ideology and tradition are very precise. The analysis covers two fields which seem similar in their concerns (criminal phenomenons) but where the way of understanding methods, objectives and participants are distinct : School of Criminology in Lyon and the general Society of prisons. The knowledge and the power do not constitute two distinct fields occasionaly interacting with one another : there is an organic link between them which looks like a symbiotic relationship. We have here a process showing the unusual connivance between the exercise of power and the exercise of knowledge and where the latter participates in a priviledged manner to the renewal of rules and normsL'instrumentalisation politique des savoirs et des techniques dans le domaine pénal ou criminel n'est pas une invention républicaine, loin de là. Elle a été le fait d'autres pouvoirs, à d'autres périodes, en d'autres lieux mais elle reste particulièrement intéressante à étudier, à comprendre, à décrypter pour cette période de la Troisième République (1870-1914), dont l'une des spécificités est liée à l'émergence d'un pouvoir et d'un régime politique aux caractères, à l'idéologie, à la tradition bien précis. L'analyse porte sur deux terrains qui paraissent similaires dans leurs préoccupations (les phénomènes criminels) mais où le mode d'appréhension, les méthodes, les objectifs et les acteurs sont distincts : l'École lyonnaise de criminologie et la Société générale des prisons. Savoir et pouvoir ne constituent pas deux domaines distincts interagissant occasionnellement l'un sur l'autre : il existe entre eux un lien organique qui ressemble à une relation de symbiose. Se révèle ici, de façon exemplaire, la connivence singulière entre l'exercice du pouvoir et celle du savoir. Ce dernier participe de manière privilégiée au renouvellement des règles et des normes.

Notes:

La revue Sociétés et Représentations est éditée par le Credhess, devenu ISOR (Images, Sociétés et Représentations)Humanities and Social Sciences/Political scienceJournal articles

filet
Tag biblio : 
Equipe de recherche :