Qu’est-ce qu’une approche spatiale, par le territoire et la ville, peut apporter aux études émergentes des transitions sociétales, socio-techniques ou socio-écologiques ? Après un premier cycle consacré en 2017 aux principales notions des « transitions studies », c’est à ce défi méthodologique que se voue principalement ce 2e cycle « Transitions en discussion » en 2018 . En effet, les dimensions spatiales des trajectoires de transition sont encore largement absentes. Ainsi, le réseau international de recherche sur les « sustainable transition studies » (STRN) appelle à porter d’avantage d’attention aux particularités des contextes locaux/territoriaux, aux échelles et aux spatialités du déploiement d’innovations soutenables (STRN, 2017).

L’objectif de ce cycle est d’explorer collectivement des approches spatiales des transitions : Comment mobiliser nos fondements théoriques, nos méthodes, nos approches empiriques pour mieux caractériser ces nouvelles trajectoires ? Comment réinterroger à l’aune de ces transitions, des notions comme lieux, réseaux, milieux, territoires, paysages, proximités, systèmes territoriaux… ? Qu’est-ce qu’une approche par le territoire et la ville permet d’apporter d’un point de vue conceptuel et opérationnel aux questions que pose la recherche et les acteurs en matière de « sustainable transition » ?

Ce seront donc des questions d’ordre théorique, méthodologique mais également empirique que nous aborderons cette année. Les apports viendront autant des chercheurs et doctorants de l’UMR PACTE que d’intervenants extérieurs. Les thèmes seront divers, selon les objets de recherche de chacun : transition numérique, sociale, énergétique, les transformations dans la planification, les loisirs récréatifs, le paysage ou encore les enjeux d’une transition mobilitaire.

Le cycle 2018 prévoit :

  • Une série de séminaires thématiques avec conférences de chercheurs invités ;
  • Des temps de rencontres et débats avec les acteurs locaux, les habitants, le milieu associatif ;
  • Une journée d’études sur la question des intermédiaires et des intermédiations de la transition, que ce soit par l’étude des lieux, acteurs ou processus ;
  • un atelier d’écriture sur les approches territoriales des transitions au campus rural PRADEL de l’Institut de l’Urbanisme et de géographie alpine (IUGA) ;
  • la préparation d’une journée d’étude internationale sur la spatialité des transitions.

Pages