naulins's picture
Institutional membership: 
Sciences Po Grenoble
Status: 
Assistant Professor (f)
Permanent.e
Research areas: 
Economic Sociology
Method
sociology
Sociology of food
Research team: 
Address: 
1030 rue des Résidences 38400 ST MDH

Onglet(s)

Présentation

Sidonie Naulin is Associate Professor at Sciences Po Grenoble - Pacte (France).

She specializes in economic sociology, digital sociology, media studies and food studies.

After completing a Master’s degree in sociology at Sciences Po Paris, she received her doctorate from Paris-Sorbonne University. She held a postdoctoral position at the Max Planck Institute for the Study of Societies (MPIfG) in Cologne.

She currently conduct research on the changes of labour market and careers in catering, and on the marketization of leisure activities in a context of digitalization. She is the principal investigator of a research project on the role events in career and public image of individuals and professional groups (ANR-CaNoE), and of another project on new forms of employment and internationalization of the labour market for chefs (Idex-Matraca). She is also a partner of a project led by Sarah Abdelnour on platform capitalism (ANR-Capla) in which she conduct research on private chefs using internet platforms to find work. Lastly Naulin is joint-organizer, with Anne Jourdain, of a working group on the marketization of everyday life (ISRF/MSH Paris-Nord).

She recently published Des Mots à la Bouche. Le Journalisme Gastronomique en France (Presses Universitaires de Rennes, 2017) and La Solidarité à distance. Quand le don passe par les organisations (Presses Universitaires du Mirail, 2016), with P. Steiner.

Subject: 
Le journalisme gastronomique, sociologie d'un dispositif de médiation marchande
Dates: 
September, 2008 to December, 2012
External supervisor(s): 
Philippe Steiner
Abstract: 

La gastronomie peut être considérée comme une attention portée à la dimension esthétique de l’alimentation. Les biens gastronomiques sont donc des biens symboliques dont l’échange sur le marché passe par l’existence de dispositifs de valorisation particuliers. En tant qu’il contribue à orienter les consommateurs sur un marché opaque et à leur indiquer le « bon » produit ou la « bonne » manière de cuisiner, le journalisme gastronomique constitue un dispositif de médiation marchande. À partir notamment d’entretiens, d’observations, d’une enquête quantitative et de statistiques textuelles, cette thèse s’attache à rendre compte de la manière dont se construit un tel dispositif. Dans une perspective diachronique, les premiers chapitres sont consacrés à l’émergence du dispositif au XIXe siècle et à sa construction à l’articulation de différents espaces sociaux (gastronomique, amateur et journalistique). Il apparaît qu’à la fin du XXe siècle, un marché de la presse gastronomique se met en place qui rend le point de vue des titres dépendant de leur positionnement dans la concurrence et de leur modèle économique. Ce sont ensuite les acteurs individuels de la fabrication de l’information journalistique qui sont étudiés. L’analyse des parcours et des compétences des journalistes ainsi que de leurs concurrents potentiels que sont les blogueurs culinaires met en évidence différentes formes d’écriture gastronomique et les types de confiance qui en découlent. Enfin, l’étude du travail concret des journalistes permet de rendre compte de la similitude des contenus médiatiques et l’analyse du parcours de journalistes renommés autorise à saisir leurs modes de différenciation professionnelle.