Publication Type:

Articles

Source:

EspacesTemps.net, Association Espaces Temps.net, France, p.http://www.espacestemps.net/document1963.html (2005)

ISBN:

1777-5477

Call Number:

halshs-00068048

URL:

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00068048

Keywords:

signes

Abstract:

Les opérations de requalification des centres des petites villes se sont multipliées depuis deux décennies. Cet article analyse comment le réaménagement des centres-villes s'inscrit dans un processus de patrimonialisation qui participe à une nouvelle conception de l'urbanité à travers une mise en scène des espaces centraux. Cette mise en scène des espaces publics passe par la multiplication de signes d'ancienneté. On peut distinguer des modalités différentes selon que les artefacts mobilisés renvoient à l'histoire du lieu, à des éléments hérités du passé et réinscrits dans l'espace ou qu'ils relèvent d'une ancienneté générique telle qu'elle s'est popularisée dans l'usage des mobiliers urbains « de style » — comme les candélabres « tradition » et bornes en fonte symbolisant l'appartenance à une urbanité d'apparence. Ce phénomène identitaire particulier vise à produire une urbanité, au moins physique. Cette artefactualisation amène à une redéfinition de la patrimonialisation. La tendance actuelle à la substitution d'« objets patrimoines » par des signes rappelant leur existence passée et les artefacts simulant de l'ancienneté et suscitant de l'historicité mobilisent les notions d'ambiance, d'esthétique et de « simulacre » selon le terme utilisé par Jean Baudrillard. La combinaison des références au patrimoine local et à l'ancien générique participe d'une mise en scène plus globale visant à inscrire le centre dans le temps long et à la production esthétique d'une néo-archéo urbanité « petite ville ».

Notes:

Humanities and Social Sciences/GeographyJournal articles

filet
Tag biblio: