Publication Type:

Book Chapter

Source:

Trames Vertes Urbaines : de la recherche scientifique au projet urbain, Le Moniteur (2013)

ISBN:

2-281-12921-7; 9782281129212

Call Number:

hal-01206913

URL:

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01206913

Abstract:

La compréhension des interactions entre la biodiversité et le développement urbain est une préoccupation croissante. Bien plus encore qu’une augmentation démographique, c’est une extraordinaire croissance des surfaces urbanisées que connaissent actuellement nos territoires. Ces changements s’accompagnent d’une influence grandissante des logiques urbaines sur les modes de gestion des espaces, et en particulier de ceux « à caractère naturel ». Une conséquence très importante en est la mutation de la ville, qui concerne en particulier sa relation à la nature. Celle-ci est souvent analysée en terme d’évaluation des impacts de l’artificialisation des milieux sur des caractéristiques de biodiversité, mais ces attentes de nature influencent directement les démarches d’aménagement de ces espaces à caractères naturels, et en quelques sorte , « produisent » également cette biodiversité ordinaire en ville. L’articulation des facteurs biophysiques et socio-économiques pour comprendre la dynamique de ces espaces constitue actuellement un enjeu complexe mais aussi majeur. Ce projet de recherche développe une démarche interdisciplinaire pour étudier les espaces boisés à des échelles différentes (de l’agglomération à la parcelle), et en intégrant leur dynamique sur du long terme (50 ans). L’objectif est de mieux comprendre quelle place trouve ce type d’espace dans les processus de périurbanisation, en terme de dynamique d’occupation du sol, de caractéristiques de biodiversité ainsi que d’usage et représentation de la part des habitants et des décideurs. Ce travail, basés sur trois agglomérations (Angers, Nantes et Rennes) doit permettre d’évaluer le possible décalage entre les attentes de biodiversité, la biodiversité existante, la dynamique des espaces et leurs usages. Dans une première approche nous analyserons les trajectoires des espaces boisés au cours des 50 dernières années. Pour cela, nous couplerons une analyse spatiale (à l’échelle des agglomérations et plus finement à l’échelle de quelques quartiers) à une étude des perceptions et des principes de gestion dans les politiques d’urbanisation (au travers d’entretiens et d’analyse de des documents d’urbanisme) Dans ces quartiers, une trentaine bois par ville seront échantillonnés pour évaluer et caractériser leur biodiversité en terme de flore et d’avifaune. L’objectif est d’analyser si ces espaces boisés présentent des caractéristiques forestières, ou au contraire des caractéristiques d’anthropisation et de rudéralisation. Ces résultats seront mis en relation avec les informations collectées concernant l’évolution historique des bois, leur surface et l’occupation du sol environnant. Enfin, une étude de nature sociologique sera entreprise sur un petit échantillon de ces bois pour pouvoir analyser les représentations, perception et usages des différents acteurs (tant habitants que services techniques gestionnaires ou qu’élus). La méthodologie combinera observations directes, photos, entretiens avec les gestionnaires et les usagers, analyse des données dont disposent les services techniques, courriers de plaintes de promeneurs, de voisins. Ce travail doit permettre à une échelle large de caractériser l’évolution des surfaces boisées en les mettant en relation avec des démarches de planification (trames vertes, ceintures vertes). A l’échelle du bois, il sera alors possible de mieux comprendre leur trajectoire, en prenant en compte leurs usages et leurs caractéristiques biologiques (degré d’anthropisation ou de caractère forestier).

Notes:

CNRS Ministère de l'écologieEnvironmental SciencesEnvironmental Sciences/Environmental and SocietyHumanities and Social Sciences/Environmental studiesHumanities and Social SciencesBook sectionsPIRVE