Les corps pensants

Atelier pour les 3e rencontres de géopolitique critique, Grenoble,
Arménio Julie (Cie Ru’Elles) et Landrin Lise (UMR PACTE), groupe de recherche Corps-Accord
 

 

Comme le postule les rencontres de géographie critique, les savoirs sont situés, et la frontière
même de ce qui est désigné comme « savoirs » engage nombre de rapports de force. L’émotion, le
sensible et le corps ont souvent été opposés à la démarche scientifique qui serait elle, d’ordre
rationnelle, objectivable et intellectuelle. Pour reprendre les termes de la chercheure Kilamba, c’est
en suivant ces dichotomies que la scientificité d’un savoir « blanc » passe pour élaborer des faits et
des connaissances, à l’opposé d’une parole «noire» qui ne relèveraient que d’opinions ou
d’expériences. En effet, nous sommes si peu coutumier d’interroger les corps dans ce qu’ils savent,
qu’il est fréquent d’entendre des personnes se protéger du fait qu’ils ou elles ne « savent rien », parce
qu’ils ou elles n’ont pas reçu d’enseignement scolaire par exemple.

Pourtant, admettre que nous avons tous et toutes des positions situées, des « positionnalités » c’est
avant tout dire que les corps prennent place dans nos relations et nos espaces sociaux. Car une
posture, si elle peut être employée dans un sens métaphorique, est avant tout une attitude physique,
d’une personne ou d’un groupe. Interroger les corps dans ce qu’ils cachent ou dans ce qu’ils disent,
c’est sonder notre premier véhicule au monde. Car nous n’avons pas un corps, mais plutôt nous
sommes des corps.

Aujourd’hui la poésie, la philosophie et les sciences humaines et sociales partent de ce postulat :
l’expérience du monde laisse sur nous des empreintes, des traces. Ainsi, être genré, racisé, minorisé,
n’est-ce pas avant tout mettre en corps de manière plus ou moins consciente des postures conformes
à ce que la société attend de nous ? Dès lors, quels sont les processus qui nous font incorporer –
littéralement mettre en corps- des savoirs, au point que celui-ci soit un palimpseste de connaissances ?

Enfin, le corps demande aussi à être considéré comme un outil de dialogue, de transgression, de refus
d’assignation ou d’oppression. Si bien que la question désormais célèbre que pose G.Spivak sur la
possibilité des subalternes à parler et à être écoutée, soulève des interrogations fondamentalement
corporelles. Qui peut parler, avec quels corps, quelles postures, quelles écoutes? Comment
comprendre l’intersectionnalité en interrogeant les corps ? Mais aussi comment trouver sa voix propre
dans la multitude des discours quand certains savoirs font autorité ?

Cet atelier se propose d’interroger le corps comme lieu de savoir et le théâtre comme enquête
de la complexité. Un atelier de recherche-création afin de libérer les corps pour rencontrer l’autre
autrement, et débattre des rapports de force consubstantiels aux savoirs, afin qu’ils ne soient pas la
réserve gardée d’une classe possédante.

 

L'atelier étant une introduction aux techniques du théâtre de l'opprimé, la séance est limité à 20 personnes, merci de s'inscrire en suivant ce lien: https://www.eventbrite.com/e/les-corps-pensants-tickets-42418598169



Researchers involved: