Natures urbaines en pratiques digitales

Natures urbaines en pratiques digitales

Face au projet de la « ville du futur », la nature est appelée à jouer un rôle central en tant qu’élément capable de favoriser les pratiques de socialisation urbaine et de contribuer à la résilience et à l’adaptation au changement climatique. Dans ce contexte, les technologies numériques deviennent de plus en plus incontournables pour les administrations publiques. Passant d’un outil de mise en relation à un outil de fabrication de la ville, le numérique devient en effet un élément important de l’action publique contemporaine en termes d’intégration de la nature en ville.

 

Il sera présenté à cette occasion le projet de recherche en cours NATURPRADI (Natures urbaines en pratiques digitales, Ademe Modeval Urba, 2016-19) qui s’insère au croisement des notions de développement durable et de Smart City dans le contexte de la stratégie globale que la ville de Paris a identifié comme « un Paris intelligent et durable ». La recherche questionne d’abord comment le numérique modifierait les pratiques analogiques de végétalisation en ville ; pour ensuite analyser les types de projets urbains et d’espaces dont le numérique peut en favoriser l’apparition ; pour finalement cerner la façon dont les jeu d’acteurs se transforment. Dans ce cadre il sera exposé comment ces jeux d’acteurs se constituent au fil du temps partant d’une timeline construite dans la première année de recherche sur le rapport entre nature et technologie dans le développement de Paris de 1789 à nos jours. La recherche a voulu, dans sa première phase, comprendre si et comment la place donnée aux habitants a évolué par rapport à l’entretien du vert en ville. En effet si jusque là la gestion-entretien de la « nature publique » est davantage portée par les entités collectives (associations) aujourd’hui, grâce aux nouvelles politiques publiques et outils numériques développés (plateformes et applications), elle semble s’adresser de plus en plus aux « simples » individus. Que provoque-t-il ce changement dans le projet de nature urbaine ? 

 

Alessia de Biase, architecte-urbaniste et docteur en anthropologie sociale et ethnologie, est professeur d’anthropologie urbaine à l’ENSA Paris La Villette. Elle est co-directrice de l'UMR LAVUE (Laboratoire Architecture, Ville, Urbanisme, Environnement, UMR 7218 CNRS)  et responsable scientifique du  LAA (Laboratoire Architecture — Anthropologie) faisant partie du site LAVUE à l’ENSA-Paris-la-Villette. 



Researchers involved: 

Contact: 
Federica Gatta
Ouvert à tous