Inauguration d'un nouvel espace d'exposition participatif

Inauguration d'un nouvel espace d'exposition participatif

Le laboratoire inaugure un nouvel espace dédié à des expositions temporaires,  au 3ème étage du nouveau bâtiment. Propulsé par les chercheur.e.s, ce lieu sera un des carrefours entre recherche, art, et expériences de terrain.

Vous êtes cordialement invités à la première exposition, portée par Lise Landrin et Sonia Chardonnel.

 

"Le Népal en Scène"

 

Géographie et Théâtre déclencheur : une approche pour la recherche-création

 

A l’origine de cette démarche il y avait une envie : restituer à Pacte un travail de terrain que le laboratoire a participé à financer. L’exposition que je propose ce mois-ci se compose d’une palette éclectique des méthodes avec lesquelles j’ai réalisé ma recherche entre Avril 2017 et Avril 2018.

 

Une méthodologie de recherche :

Inspirée par les épistémologies postcoloniales et féministes, ma thèse est de nature méthodologique. Elle s’inscrit dans un milieu rural du Népal et se veut sensible aux biais induits par la fabrique du terrain ainsi qu’aux rapports de forces qui subsistent entre chercheur.e.s et enquêté.e.s. En cherchant des méthodologies participatives, elle souhaite engager une recherche qui ne se fasse pas ‘sur’ des populations mais ‘avec’ elles, ce qui nécessite des formes de circulations, de production et de restitution des savoirs qui puissent servir d’abord à celles et ceux qui l’ont produite.

 

Ma thèse pose la question d’une rencontre, celle de la géographie avec le théâtre. 

Plus particulièrement, j’étudie comment le « théâtre déclencheur » -une forme d’expression artistique et politique- peut renouveler la recherche en géographie sociale. Avec la médiation artistique du théâtre, j’expérimente une méthodologie où se crée un espace de réflexivité et de parole. Cet espace de fiction qu’est la scène permet à chacun.e d’éprouver et de contester des rapports au réel, d’objectiver un rapport au monde, et de partager des espaces vécus. Sur un an, la comédienne professionnelle népalaise Pariksha Lamichhane et moi-même, avons invité des groupes d’adolescent.e.s et de femmes d’un village, à jouer leurs quotidiens au fil d’ateliers et de représentations théâtrales. Avec ce dispositif, la réflexivité qui est d’habitude l’apanage des chercheurs, est devenu un outil démocratique pour produire une forme de connaissance qui encapacite. Dans cette recherche, la scène est à la fois le lieu d’une lecture géographique, et l’espace par lequel on peut tester collectivement des solutions applicables dans le réel.

 

Inspiré du théâtre de l’opprimé (Augusto Boal), le théâtre déclencheur se compose d’un ensemble d’outils (le mime, la danse, les ateliers d’écriture, les cartes mentales). Basé sur un ensemble d’exercices qui apprennent à rendre son corps expressif, ce théâtre a vocation à identifier des rôles sociaux que nous avons incorporés et qui sont inégalement distribués. Enfin, les ateliers menés à Sirubari reposent sur la participation libre et volontaire des habitant.e.s de Sirubari et ne demandent aucun prérequis artistique.

 

Géographie du corps et des émotions, cette méthodologie dévoile des problématiques de discrimination relatives au genre et aux castes, tout en proposant de retrouver une capacité d’action envers l’énonciation des normes sociales et ses espaces. C’est une géographie des acteurs, au sens propre et figuré.

 

Ainsi, cette exposition se propose de vous emmener dans les coulisses des cinq pièces de théâtre écrites par des femmes et des adolscent.e.s de Sirubari, au centre du Népal. Le dessin, la photographie, le texte, les cartes ou les productions des actrices et des acteurs en personne : l’ensemble est mis à contribution pour vous partager cette recherche expérimentale.

 

Lise Landrin



Researchers involved: 

Ouvert à tous