SENSA

SENSibilité à l’Anthropocène et ambiances urbaines

Nous partons de l’hypothèse que la question de la sensibilité est une entrée particulièrement pertinente pour penser les changements actuels et à venir de la relation que nous entretenons avec nos milieux de vie. A l’heure où de nombreuses recherches s’intéressent à la thématique de l’anthropocène et au changement climatique, nous proposons de l’aborder au plus près de l’expérience située et des milieux de vie quotidiens. La notion d’ambiance sert de fil conducteur de l’ensemble de la recherche (nous pourrons mobiliser les ressources du Réseau International Ambiances qu’animent le CRESSON et l’UMR AAU). Au croisement de la recherche et de la fabrique, cette perspective engage une conception située, incarnée, enactée et partagée du monde sensible. Elle permet d’ouvrir un nouveau champ de questionnement en matière de socio-esthétique écologique.

L’objectif de ce projet est de mettre la question de l’anthropocène à l’épreuve des ambiances urbaines. Qu’en est-il de la puissance heuristique et du potentiel opératoire de l’ambiance ? Si le domaine des ambiances s’est largement développé ces vingt dernières années, aucun état des lieux raisonné et mise à l’épreuve empirique n’existe actuellement qui rend compte de la capacité de l’ambiance à ouvrir une nouvelle piste de réflexion et d’action en matière d’anthropocène et de transition socio-écologique.

Le programme scientifique consiste à s’interroger sur les changements climatiques et les dérèglements écologiques à l’aune de la sensibilité ordinaire. Il s’agit de tester l’hypothèse de l’émergence d’une sensibilité ambiante, c’est à dire d’une sensibilité diffuse et commune, située et enchâssée dans une forme de vie, attentive aux enjeux socio-écologiques du monde contemporain. Si cette recherche s’inscrit dans le vaste champ de recherche sur l’anthropocène, nous questionnons la prégnance des écologies locales et des expériences situées en prenant la région grenobloise comme terrain d’étude privilégié.

Ce questionnement sur les transformations d’une sensibilité locale sera mis en oeuvre à partir de trois plans complémentaires impliquant une perspective généalogique (plan 1 : récits et politiques locales -> frise chronologique), pragmatiste (plan 2 : actions collectives et mobilisations habitantes -> cartographie illustrée) et micrologique (plan 3 : gestes et pratiques ordinaires -> film ethnographique). Chacun des trois plans constitue une déclination et une mise à l’épreuve de l’hypothèse de l’émergence d’une sensibilité ambiante, en faisant varier la focale, les observables et les méthodologies adoptées. Qu’elle soit de nature politique et historique, de nature sociale et collective, ou de nature corporelle et infra-sensible, l’enquête interrogera les conditions, formes et processus de mise en ambiance des expériences habitantes.




Contact: 
Responsable scientifique : UMR AAU - cresson, porteur de projet Jean-Paul Thibaud
Participant.e.s du laboratoire: 
External participants: 

Jean-Paul Thibaud Directeur de recherche AAU-CRESSON / Rainer Kazig, Chargé de recherche AAU-CRESSON / Nicolas Tixier, Professeur AAU-CRESSON / Laurent Devisme, Professeur AAU-CRENAU