Publication Type:

Ouvrages

Source:

Bec en l'air, Marseille, p.192 p. (2020)

ISBN:

978-2-36744-141-2

Call Number:

halshs-02547107

URL:

https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-02547107

Abstract:

D’ici, ça ne paraît pas si loin is the story of a map of Nouvelle-Aquitaine, an administrative one, one that is essential. It is a map with hazy borders, which raises questions: is it a territory in its own right? Does it federate its inhabitants? It combines documentary and artistic photography, portraits and landscapes, the collection draws us into an abstract geographical ensemble which becomes a pretext to rethink the notions of shaping culture and society.Une enquête photographique collective sur le sentiment d’appartenance à un territoire. D’ici, ça ne paraît pas si loin est l’histoire d’une carte. Une carte obligée, celle, administrative, de la Nouvelle-Aquitaine, désormais la plus grande région de France, aussi vaste que l’Autriche. Une carte aux contours flous, dont on se poserait la question : fait-elle territoire ? Fédère-t-elle ses habitants ? Est-elle porteuse d’un récit ?Partant du constat que la société est de plus en plus fragmentée socialement mais aussi territorialement, le collectif de photographes LesAssociés a démarré en 2015 un projet d’envergure, D’ici, ça ne paraît pas si loin. Mêlant photographie documentaire et artistique, portraits et paysages, il nous entraîne dans un ensemble géographique abstrait qui devient prétexte à questionner les idées de faire culture et de faire société.Entre septembre 2015 et juin 2019, le collectif de photographes a abordé ce territoire selon trois axes :• Le périmètre de la Nouvelle-Aquitaine (1900 km) a été parcouru par les photographes sur le principe d’un relais photographique. De la diversité des paysages et des sensibilités de chacun émerge cette question : quelle ruralité à l’ère des grandes métropoles ? La carte postale pour citadins en quête « d’authenticité », le désert démographique, ou la lointaine banlieue-dortoir ?• Le voyage aquitain : dans ce deuxième volet, à partir de quatre thématiques fortes – la jeunesse, l’habiter, l’immigration et le travail – la question du rapport à l’espace et de l’horizon de chacun est abordée. Selon son appartenance sociale, son lieu de vie, son âge, comment se projette-t-on ? Notre éloignement des grands centres urbains ou des axes privilégiés nous prédestine-t-il ?• Le conte perdu. L’absence de récit fédérateur, quelle que soit l’échelle abordée (région, pays, Europe…), a incité LesAssociés à se poser la question de la fabrique du récit. Le dialogue entre chaque photographe, son histoire et son vécu, et un milieu géographique précis (fleuve, forêt, littoral, marais et massif), a permis d’aborder les peurs et les enjeux qu’une géographie inspire.Les photographies sont accompagnées de Luc Gwiazdzinski qui questionne le sentiment d’appartenance et les nouveaux enjeux d’identité des territoires et Pierre Coutelle qui sonde l’âme d’un quartier bordelais dont il révèle la poésie urbaine. Des cartes insolites guident ce voyage à plusieurs temps, suggérant une représentation subjective et affective de notre environnement. Car « ce qui paraît loin pour certains ne l’est pas pour d’autres, non pour des questions de distances, mais par notre seule relation aux territoires que nous aimons.»

Notes:

Humanities and Social Sciences/GeographyHumanities and Social Sciences/Architecture, space managementHumanities and Social Sciences/SociologyHumanities and Social Sciences/Political scienceHumanities and Social Sciences/Social Anthropology and ethnologyBooks

Research team: