Lucile Medina soutient son HDR

Lucile Medina soutient son HDR

HDR dirigé par Anne Laure Amilhat Szary, professeure des universités

 

Sujet de HDRGéographie des frontières et des coopérations transfrontalières - Traversées mésoaméricaines.

 

Composition du jury :

Anne-Laure Amilhat-Szary, Professeure, Université Grenoble-Alpes 
Emmanuel Brunet-Jailly, Professeur, Université de Victoria, Canada
Sophie De Ruffray, Professeure, Université de Rouen 
Pascal Girot, Professeur, Université du Costa Rica
Odile Hoffmann, Directrice de Recherche, IRD
Alain Musset, Directeur d’Etudes, EHESS
Bernard Reitel, Professeur, Université d’Artois 

 

Résumé :

Cette habilitation propose une réflexion sur les frontières et les coopérations transfrontalières, au croisement de la géographie politique, sociale et du développement. Elle s’inscrit dans le changement de paradigme qu’ont opéré les approches post-modernes des border studies et la plus grande attention portée aux dimensions d’ouverture et d’interface. L’analyse porte précisément sur les phénomènes de coopérations transfrontalière, qu’il s’agit d’appréhender comme des dispositifs spatiaux au sens foucaldien. Ceci amène à questionner le sens de l’acte coopératif, ses principes et les discours qui le sous-tendent, ses objectifs et ses périmètres, mais aussi les modalités et les acteurs de la gouvernance transfrontalière, et les contradictions et difficultés auxquelles se heurte cette dernière. Les processus de coopération transfrontalière interrogent également la notion de région transfrontalière et le triptyque territoire-territorialité-territorialisation. La dernière partie s’attache à mettre en perspective les travaux menés sur les frontières mésoaméricaines, du sud du Mexique au Panama. Il s'agit de comprendre les trajectoires d’évolution des espaces frontaliers de cette région. Les frontières de l’Isthme centraméricain demeurent des marges particulièrement sensibles et vulnérables face aux effets conjugués de la mondialisation, de l’intégration régionale, des processus d’exploitation des ressources et des trafics transnationaux. L’hypothèse est celle d’un double changement de paradigme dans les coopérations, qu’il s’agit ici de discuter autour d’une mise en tension entre des logiques contradictoires de préservation, d’exploitation et de sécurisation. La coopération ça sert d’abord à ouvrir les frontières, ça sert aussi parfois à les fermer.


Ouvert à tous