Jennifer Buyck soutient son HDR

Jennifer Buyck soutient son HDR

Sujet de HDR Urbanisme et humanités environnementales. Éco-critique des situations, pratiques et savoirs du projet urbain

 

Membres du jury

Sabine BARLES, Professeure des Universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Laurent DEVISME, Professeur de Écoles d’Architecture, École Nationale Supérieure de Nantes 

Nicolas DOUAY, Professeur des Universités, Université Grenoble Alpes & Consulat Général de France 

Cyria EMELIANOFF, Professeure des Universités, Université du Maine 

Jean-Paul THIBAUD, Directeur de recherche CNRS, École Nationale Supérieure de Grenoble / AAU cresson 

Paola VIGANÒ, Professeure des Universités, École Polytechnique Fédérale de Lausanne, Studio Paola Viganò 

 

Résumé : 

Le premier volume de cette HDR vise à retracer et mettre en perspective les années de recherches et d’enseignement depuis mon doctorat (2010) jusqu’à aujourd’hui. Ces travaux, présentés à la fois thématiquement et chronologiquement, se sont fortement développés autour des enjeux de transformation de l’environnement urbain en général, et sur le projet urbain et les paysages en particulier. De par les approches et les partis pris qu’ils mobilisent, ils s’inscrivent plus précisément dans le domaine de l’aménagement de l’espace et de l’urbanisme. Ils ont comme problématique commune la transition urbaine et comme hypothèse méthodologique la mise en situation in situ – voire publique – pour laquelle une attention toute particulière est accordée aux liens entre formes urbaines et formes de vies sociales. 

 

Le manuscrit inédit prolonge mes travaux sur l’expérience écologique du projet urbain, en interrogeant ce dernier à partir de situations singulières et souvent paradigmatiques, puis au prisme de modèles urbanistiques plus ou moins éprouvés avant de s’intéresser aux foisonnantes pratiques écologistes. Il se propose de rendre compte de la possibilité des expériences écologiques en urbanisme, en prenant au sérieux les difficultés de la discipline à les penser. En effet, au regard de l’urbanisme, discipline intrinsèquement liée à l’action, tant le statut du vivant que la manière dont il est éprouvé, apparaissent problématiques : l’échelle de la crise écologique interroge les aprioris du vivable et l’écologie politique ceux de la fabrique des territoires. L’urbanisme, en quête de justice écologique et sociale, s’accorde ici une pause, une dilatation, pour se réfléchir dans le champ des humanités. Un ralentissement face à l’urgence. Que signifie, ou pourrait signifier, d’ouvrir la fabrique urbaine à sa teneur écologique ?



Researchers involved: