borellya's picture
Institutional membership: 
Université Grenoble Alpes
Status: 
PhD Candidate (f)
Non permanent.e
Research areas: 
Geography
Preventive information
Major risks
Research team: 
Phone: 
0476822020
Office: 
G1318
Address: 
Cité des Territoires 14 av. M. Reynoard 38100 GRENOBLE
CV: 

Onglet(s)

Présentation

Doctorante en Géographie sur la question des risques majeurs, ma thèse s’inscrit dans le projet I²PRIM. Cette thèse consiste à créer une nouvelle méthode d’évaluation de l’impact de l’information préventive aux risques majeurs, dans la continuité des conclusions soulevées par le projet IPRIM (Information Préventive aux Risques Majeurs). En effet, nous avons d’abord constaté qu’à côté de l’information préventive règlementaire, d’autres formes d’outils étaient proposés à différentes échelles, publics et influencées par des champs artistiques et/ou pédagogiques variés (pièces de théâtre, expositions, jeux…). Par ailleurs les méthodes d’évaluation de l’efficacité des campagnes de prévention relevées utilisent le questionnaire, sondage ou entretien, interrogeant les connaissances et consciences des risques des enquêtés. Les conclusions ont montré d’un côté le manque d’évaluation des actions alternatives et une insuffisante réponse concernant l’impact des outils de prévention sur les comportements réels pendant un évènement majeur.

Ainsi le projet propose non seulement d’observer l’apport des nouvelles formes d’information préventive alternative par rapport aux outils d’information réglementaire et ce par une mise en situation sur maquette, suivie d'un débriefing. L’intérêt ici de la méthode est de dépasser les réponses raisonnées des interlocuteurs en cherchant leur réponses réflexes et contextualisées dans une situation de crise. Ainsi le but est de faire ressortir les moyens de sensibilisation lors du débriefing après la mise en situation, afin de savoir quels types d’outils de prévention influencent les individus en cas de crise, alors que des dilemmes et le stresse s’imposent.

Cette étude aidera de ce fait à améliorer les campagnes d’information préventive en pointant les outils clés pour la mémorisation et l’utilisation des consignes. En outre elle permettra de soulever les questions et réactions persistantes malgré les savoirs, dans une perspective de trouver des moyens d’y remédier.

Monitrice à l'Institut de Géographie Alpine, j'ai donné des cours en TD et cours Magistraux durant ces deux dernières années:

2016-2017:

Master 2: information préventive 16h
Licence 3: préparation au stage professionel 20h
Licence 2: diagnostique territorial. 3 jours de terrain dans le Vercors 30h

2015-2016

Licence 2: géomatiqueappliqué 30h
Licence 1: introduction à la cartographie 34h

Déléguée des doctorants au conseil d'unité depuis 2015.

Subject: 
Comment mesurer l'influence des différentes formes d'information préventive? L'intérêt de la mise e,n situation sur maquette? How to assess different forms of preventive information? The interest of role play on a 3D platform
Supervisor(s): 
Abstract: 

Dans le champ opérationnel de la gestion des risques, la préparation de sociétés implique d’une part de s’organiser de manière collective pour faire face à une crise (via les plans ORSEC ou les plans communaux de sauvegarde), et d’autre part de développer une acculturation des populations pour que des comportements individuels adéquats soient adoptés. Parmi différents leviers d’action, l’information préventive constitue un axe primordial en matière de gestion des risques majeurs par la préparation. Le matériel législatif français développé depuis les années 1980 montre le rôle important attribué à l’information préventive. Celle-ci recouvre d’une part tout support d’information distribué réglementairement et régulièrement au citoyen et qui l’informe sur les risques majeurs auxquels il est soumis, sur les consignes à appliquer en cas d’événement, sur les moyens d’obtenir davantage d’informations (Dossier Départemental des Risques Majeurs, Dossier d’Information Communal sur les RIsques Majeurs, Information Acquéreur-Locataire, repères de crues…). D’autre part, certaines initiatives sont prises localement pour informer autrement, de manière détournée, en utilisant l’art, le sport, le patrimoine pour parler des risques et les faire connaître.
L’ensemble de ces outils est basé sur un postulat suivant lequel l’information préventive modifie la connaissance des risques auxquels une personne est soumise, modifie sa perception (ou plus justement les représentations cognitives) de ces risques, ses comportements en cas d’événement et ainsi sa vulnérabilité. S’ils ont été étudiés à maintes reprises, notamment ces dernières années (Lindell et Barns, 1986 ; Cutter, 1993 ; Lalo et al., 1993 ; 2005 Lindell et Perry, 2004 ; Ruin, 2007 ; Glatron et Beck, 2008 ; Beck et al., 2012), les mécanismes liant ces différents éléments ne sont à l’heure actuelle pas clairement définis (Mileti et Peek, 2000). En effet, les conclusions de ces études diffèrent, montrant tantôt une relation positive, tantôt une absence de relation entre les composantes précédemment citées.
Pour la plupart, il s’agit d’études « monorisques », qui ne s’intéressent qu’à un type de phénomène en particulier et qui portent sur un territoire restreint. Pour autant, on peut se demander si des conclusions obtenues sur l’information concernant un type de phénomène sont transposables à tous les risques auxquels un individu est soumis. Les différents phénomènes (inondations, séismes, accident technologique, glissement de terrain…) ayant des probabilités d’occurrence, des manifestations, des dynamiques et des effets différents sur les personnes sont-ils être expliqués par les mêmes outils et de la même manière ? Par ailleurs, les modalités de distribution de l’information préventive peuvent varier d’un territoire communal à un autre. On peut se demander si, à l’échelle d’un territoire pluri-communal tel qu’une communauté d’agglomération, des résultats différents sont observés et des préconisations communes peuvent être dégagées sur les différents modes d’information existants pour permettre le développement d’une culture commune du risque.
Dans ce contexte, on s’interroge ici sur les outils actuellement en vigueur en matière d’information préventive et sur leur mise en application à différentes échelles et selon différents types de processus : information réglementaire descendante du national vers le local vs opérations spécifiques à l’échelle des agglomérations urbaines ou des communes pouvant initier un processus bottom-up. Ces outils permettent-ils de modifier (d’améliorer) les connaissances et représentations des risques ? Suivant quelles modalités s’effectuent ces modifications ? Comment mesurer l’efficacité de ces moyens d’information? Cette question apparaît aujourd’hui comme un enjeu important à l’heure des recompositions territoriales et d’une possible redistribution des compétences en matière de gestion des risques. Le département de l'Isère et plus spécifiquement l'agglomération Grenobloise possèdent ici une expérience particulière dans le domaine de l’information préventive depuis la mise en œuvre de l'opération Isère Département Pilote sur la problématique des risques Majeurs dans les années 1980. Si un cadrage national et international apparaît comme indispensable dans le cadre de cette recherche doctorale, l'étude spécifique des outils et moyens mis en œuvre et de leur efficacité sera réalisée plus spécifiquement à l'échelle de ce territoire particulier.
D’un point de vue méthodologique, l’objectif de cette recherche doctorale est donc de mettre en place un protocole expérimental original permettant d’évaluer de quelle manière l’information préventive, selon ses différentes formes, influence la connaissance des risques majeurs au sein des populations, qu’il s’agisse de risques d’origine naturelle ou anthropique.
Pour atteindre cet objectif, la méthodologie envisagée est la suivante :
-    Faire une synthèse des outils d’information préventive mis en place à différentes échelles (département, agglomération grenobloise, communes) à partir d’une recherche bibliographique et d’entretiens auprès des services ou acteurs compétents ;
-    Construire un protocole expérimental d’observation de l’impact de l’information préventive sur les populations et leur connaissance des risques : définition d’indicateurs permettant d’estimer le nombre de personnes effectivement touchée par l’information ; outil d’évaluation de l’impact sur la connaissance (sous forme d’enquête)
-    Appliquer le protocole développé à des actions d’information préventives menées sur des risques de différentes natures et dans différentes communes de l’agglomération, afin de vérifier la validité du protocole. L’analyse des résultats devrait permettre par ailleurs de faire des recommandations en matière de politiques d’information préventive.

 

Operational managing of risks supposes first a collective organization for facing crisis and secondly the development of the culture of risk, condition for adapting behaviors during the crisis. Preventive information constitutes one of the main tools for achieving this second condition. In France, since 1980, specific laws are dedicated to the development of the preventive information, fixing the obligations for collectivities and firms and the right for citizens to access to more information. Moreover, some local initiatives was taken by communities in order to inform differently, through art, sports or a certain form of tourism.
All of this is based on the following hypothesis: preventive information is able to reduce the vulnerability, modifying the knowledge concerning risks, the perception of risks and the behaviors in crisis situation. This hypothesis has been studied during the last decade (Lindell et Barns, 1986 ; Cutter, 1993 ; Lalo et al., 1993 ; 2005 Lindell et Perry, 2004 ; Ruin, 2007 ; Glatron et Beck, 2008 ; Beck et al., 2012). However, the link between development of preventive information and reduction of vulnerability is not clearly demonstrated (Mileti et Peek, 2000). These studies give contradictory conclusions, some revealing a positive link whereas others show an absence of relation.
Another question concerns the possible transposition of the observation from one specific risk to another. Most of these studies focused on one specific risk, concerning one limited location. The considered phenomena (earthquakes, floods, technological accidents, …) have different return periods, specific spatial and temporal dynamics, different impacts on people. Can we observe a common way for informing exposed population. Or on the contrary, is the preventive information adapted to the phenomenon?
Furthermore, the diffusion of the preventive information can differ a lot from one community to another. Can we observe different impact on the knowledge and sensitivity of the population at a larger scale (the whole of an urban area or a region)? Is it possible for a conurbation to develop a common culture of risks?
In this context, this PhD proposal questions the current tools used for informing people about risks and their application at different scales (top-down or bottom-up processes ?). How can we measure if these tools allow at improving the knowledge of people concerning the risks that can affect them? How can we assess the impacts and somehow the efficiency of the preventive information? It seems that this question is crucial nowadays in France, where the reorganization of skills is on going concerning territorial management in general and risk management in particular.
If a general framework of the preventive information at national and international scale is necessary, the analysis of information impacts and the experiments of measurements will be performed more particularly on the Department of Isere and on the conurbation of Grenoble. These territories appear indeed as particularly interesting due to their peculiar experiences concerning preventive information, since the 1980’s.
In methodological terms, this PhD will aim at developing an experimental protocol for assessing the influence (both quantitative and qualitative) of the preventive information on population. All the different kind of risks will be taken into account. That explain again the focus on the conurbation of Grenoble, which gathers a certain amount of dangerous phenomena (flood, earthquake, technological and nuclear risks, landslides, torrential floods among others). This goal will be reached through different steps :
•    A general synthesis of all available tools for informing people about risks at different scales, based on bibliography and interviews with local actors
•    Building of the experimental observation of the quantitative and qualitative impacts of preventive information on the population: definition of relevant indicators for a quantitative estimation of the number of people affected by the different informative actions; definition of a reproducible survey for assessing the qualitative impact of the information on the knowledge
•    Test of the developed protocol on the conurbation of Grenoble