levyjul's picture
Institutional membership: 
Université Grenoble Alpes
Status: 
Post-Doc (m)
Non permanent.e
Research areas: 
Non-take-up
Social policy
politiques de l'habitat
One-stop-shop policies
Public policies
Social policies
Audiences of public action
Homelessness
Research team: 

Onglet(s)

Présentation
Subject: 
Les « grands exclus » : une catégorie d’exceptions. Évolutions du traitement politique des sans-abri chroniques en France depuis les années 1980.
Dates: 
January, 2021
Supervisor(s): 
Abstract: 

Cette thèse s’intéresse à un « public » particulier parmi les sans-abri : les « grands exclus ». Cette catégorie regroupe généralement les sans-abri dits « chroniques », considérés comme « les plus en difficulté » ou les « plus désocialisés ». En adoptant une perspective historique et multi-située, la thèse propose une socio-genèse de cette catégorie depuis les années 1980 et la façon dont elle s’inscrit dans le cadre des politiques sociales de prise en charge des sans-abri. Ceci permet de voir comment la question des « grands exclus » ou des « sans-abri chroniques » constitue un problème spécifique qui conduit à la production d’une réponse sociale généralement spécifique et dérogatoire. Ceci s’observe dans le temps et à tous les niveaux de la production et de la mise en œuvre des politiques publiques.

L’analyse par le non-recours montre que la question du non-recours est consubstantielle de la catégorie des « grands exclus ». Dès son origine, c’est la question de l’éloignement et du refus de l’offre, envisagée et expliquée sous l’angle individuel et psychopathologique, qui participe à cadrer le problème social de cette population. Par la suite, l’échec du développement des politiques de l’urgence pour remédier à leur situation va penser cette catégorie sous l’angle des logiques d’éviction dont les « grands exclus » seraient victimes, complexifiant la compréhension de la non-demande qui s’expliquerait aussi par les conditions et principes de l’offre sociale. Mais en fin de compte, ces formes de non-recours sont observables au cours de la consolidation de cette catégorie, de sa genèse à aujourd’hui. L’analyse à l’échelle des territoires montre que l’organisation de l’offre, admettant en définitive l’inadaptation de la plupart des dispositifs d’hébergement sociaux à formuler une réponse à ce public, conduit à un non-recours par non-proposition structurel reléguant les « grands exclus » vers une « filière » spécifique de l’offre d’hébergement.

Ce constat pourrait conduire à rejoindre les conclusions déjà anciennes, sur le caractère dualiste de la prise en charge des sans-abri, reléguant les sans-abri jugés non-réinsérables vers des solutions de mise à l’abri ponctuelles à la frontière du social et de l’humanitaire. Pourtant, une offre d’hébergement de long terme, marginale, existe et propose des conditions d’accueil jugées plus dignes par les personnes. Si l’existence de cette offre permet de discuter la lecture dualiste de la prise en charge, la thèse montre toutefois que pour ce public, la question de l’exercice du choix se joue en définitive dans un espace particulièrement circonscrit de l’offre sociale, à l’écart du droit, et avec une latitude décisionnelle faible. 

Latest publications: