NICOLAS CHAUSSON

Urbaniste // Doctorant en géographie
chausson's picture
Institutional membership: 
Université Grenoble Alpes
Status: 
PhD Candidate (m)
Non permanent.e
Research areas: 
Geography
Town planning
Time
Night
Sociology
Qualité de vie
Research team: 

Onglet(s)

Présentation

Nicolas Chausson est urbaniste de formation, diplômé en urbanisme et aménagement de l'institut d'urbanisme de Lyon (Université Lyon 2). Depuis 2008, il s'intéresse à la thématique du temps des villes, plus spécifiquement sur les nuits de nos villes. Depuis 2011, il réalise sa thèse de doctorat sur les nuits de la métropole Lyonnaise, au sein du laboratoire Pacte - territoire (UMR 5194), sous la direction d'Olivier Soubeyran et de Luc Gwiazdzinski. Parallèlement, il est chargé d'études en urbanisme et habitat au sein de l'Agence d'urbanisme de l'aire métropolitaine lyonnaise.

Subject: 
Vers un urbanisme de la nuit. Entre animation et apaisement de la ville. Une première approche des nuits de la métropole lyonnaise.
Dates: 
September, 2011
Supervisor(s): 
Abstract: 

Temps de l’obscurité et du repos social, la nuit a longtemps été perçue comme une discontinuité, un arrêt dans l’activité des hommes. Depuis une vingtaine d’années, la nuit urbaine se transforme et les activités s’y développent. Dans les métropoles, elle est devenue un nouvel espace de travail et de loisirs pour un nombre croissant d’individus, un marché pour les acteurs économiques ainsi qu'une source d’opportunités et d’attractivité pour les collectivités.

Toutefois, la nuit est aussi un champ de tensions entre individus et quartiers de la « ville qui dort », « qui s’amuse » ou « qui travaille » (Gwiazdzinski, 2002). C’est à ce titre qu’elle est devenue un enjeu majeur pour les politiques publiques à la recherche d’une bonne articulation entre développement économique, préservation de la qualité de vie au sein du tissu urbain et respect des conditions de vie des individus.

Face aux pressions et aux enjeux économiques, sociaux, environnementaux et culturels importants, il devient nécessaire d’explorer les économies, les territoires et les pratiques des nuits urbaines afin d’anticiper les conflits et d’imaginer des politiques et des stratégies adaptées. Entre tensions, risques et opportunités, est-il possible d’imaginer un développement durable et équilibré de la nuit et d’identifier les conditions permettant d'intégrer la dimension nocturne de nos territoires dans les réflexions sur le fonctionnement des systèmes urbains ?

Pour appréhender la complexité du sujet, nous en proposons une lecture innovante à travers le concept de qualité de vie. Ce dernier invite à s’interroger sur les potentialités d’un cadre de vie déterminé avec les aspirations de celles et ceux qui le pratiquent d’une manière habituelle ou occasionnelle (Barbarino-Saulnier, 2005).

Notre recherche porte sur les nuits de la métropole Lyonnaise, deuxième agglomération de France et deuxième aire urbaine avec plus de 1,7 millions d’habitants. Le succès de manifestations comme les « Nuits sonores », les « Nuits de Fourvière » ou de la « Fête des Lumières », l’expérience du « Plan lumière », les fonctions de la métropole à la tête du réseau mondial des villes lumières (Association L.U.C.I.) et les ambitions économiques affichées par la métropole en font un territoire d’investigation privilégié.