romijnf's picture
Institutional membership: 
Université Grenoble Alpes
Status: 
Post-Doc (m)
Non permanent.e
Research areas: 
Anthropologie de la santé
Anthropology of mediation
Social history of social science
Social policies
Socio-anthropology
Social history
Sociology of innovation
Sociologie de la santé
Sociologie du numérique
Sociology of innovation
temporalité
Capabilities theory
Vulnerability
Vulnerability
Research team: 
Address: 
1030 rue des Résidences 38400 ST MDH

Onglet(s)

Présentation

François Romijn, Ph.D.
Postdoctoral Researcher
Coordinating Editor of Émulations - Revue de sciences sociales /                                                                             https://ojs.uclouvain.be/index.php/emulations/issue/view/1213

 

Université Grenoble-Alpes - UMR Pacte
Postdoctoral Researcher - SOC-EPI
Domaine universitaire, BP 47
38040 Grenoble cedex 9
Email: francois.romijn@umrpacte.fr

 

Université libre de Bruxelles (ULB)
Chercheur associé /associated researcher
Research Group on Public Action (GRAP)
Institute of Sociology, CP 124 (bâtiment S)
1050 Bruxelles - Belgium
Email: fromijn@ulb.ac.be

 

Research interests and background

Undergraduated in sociology and anthropology (University of Liege, Belgium) and social anthropology (Erasmus at the University of Fribourg, Switzerland), I completed a Master degree in Sociology (research track) at the Université libre de Bruxelles (2011-2013). Funded by the National Fund for Scientific Research (F.R.S.-FNRS), I started a Ph.D. (2013-2018) in the framework of a co-supervised thesis between the School for advanced studies in the social sciences (Ehess, Paris, France) and the Université libre de Bruxelles, which I completed on the 28th of April 2018. My doctoral dissertation is titled Exposing one’s uneasiness. The subject done and undone while using new health-related mediations(French title: S’exposer en inquiétude. Le sujet fait et défait avec les médiations nouvelles sur sa santé). I am currently hosted, since november 2018, at the University Grenoble-Alps (Pacte), as a Full-time Post-Doctoral researcher in the Soc-Epi project (IDEX funding scheme, see https://www.pacte-grenoble.fr/programmes/socepi-projet-idex-irs).

 

My theoretical and methodological tools are empirically/qualitatively oriented and located at the crossroads of sociology and anthropology. Globally, my researches are focused on the overlappings between epistemological stakes related to newly accessible information in biology and the construction of the self. In other words, my researches are dedicated to the examination of the practices whereby
humans have access to new biological information about themselves. As a social scientist, I examine the impact of biological knowledge on how people process identity building.

 

The approach set forth in my research revolves on a specific anthropological question: how human beings find arrangements with situations in which they are not only confronted to others but also with objectifying data related to their biological life? This anthropological problematic invites us to bring at least as much attention to what connects us with others than to the specific ways individuals ensure continuitywith themselvesin contexts where the “living” raises question.

 

Research sub-topics: 

 

1.) Integration of the “living”More than ever before humans have access to new knowledge about their biological life. The biological sciences increasingly provoke debates wherein the living (e.g. genes, biochemical marks influencing genes’ expressions, neurons, microbiota) interacts with ‘social environments’ and ‘lifestyles’. (i.) Geneticists and other bio-scientists’ generate new knowledge. (ii.) This knowledge is progressively transfered out of laboratories and into commercial markets. (iii.) Then, by means of an ever-increasing number of readily available mediations (e.g. direct-to-consumer genomic tests, self-tracking applications on smartphones, gut microbiota tests, ‘epigenetic age’ tests) layusers are connected to biological knowledge through an increasingly diverse array of data (e.g. genomic predispositions to a wide range of conditions such as biogeographical ancestry). The pervasiveness of these new mediations and the data they provide cause us to better understand how individuals relate to them. Knowing the so-called “real” or potential biological endowment of oneself but also of others has tremendous consequences, social, political or ethical, that must be urgently documented. It iscrucialto achieve a 
better understanding of how the users, more and more numerous of these new and diverse mediations, relate to the information discovered. How and in what ways it makes sense for users?

 

2.) Exposition of inquietude (uneasiness): The uses of these new mediations cause us to think how they might be renewing the ways humans relate to health-related inquietudes (or uneasiness) both in Global South and North societies. This problematic is of singular importance since more than ever before humans have access to new knowledge about their biological life. The problematic is threefold: (i.) We have to question how do these mediations, and the new types of knowledge, marked with a strong scientific realism about our biological life (e.g., gene, neurons, epigenome) put the subject to test; (ii.) How do they impact the way we deal or cope with health-related worry?; (iii.) We also have to question how these mediations and more globally digital devices might be transforming how we actually expose our health-inquietudes to others.

 

3.) Epigenetics and the biological incorporation (embedding) of social environments: Environmental epigenetic research is based on the empirical assumption that  ‘environmental experiences’ (and notably “social” environments, e.g. exposition to inequalities, historical traumatisms, early-life adversities) impact biochemical marks influencing the expression of our genes (not the genome sequence in itself) during our lifetime and consider that these marks can be transmitted from a generation to another. As the historian and sociologist Hannah Landecker puts it in her work on nutritional epigenetics: “We are what we eat – but also what our parents and grandparents ate, and what we eat ate, and other expansions of networks of significant ingestions.” (2011: 187) Scientists involved in this field are notably interested in the potential reversibility of the epigenetic modifications and, thus, the opportunity of developing new therapies non-accessible on genome-based approaches. Such a reversibility leads some researchers to consider an ‘epigenetic responsibility’. See Soc-epi project (see https://www.pacte-grenoble.fr/programmes/socepi-projet-idex-irs).

 

4.) The social construction of the relationships to the past based on (epi)genetic knowledge […].

 

_ _ _ _ _

Intérêts de recherche

 

Je dispose d’un bachelier en sociologie et anthropologie de l’Université de Liège (Belgique). Un semestre de cette formation a été réalisé en échange Erasmus en anthropologie sociale à l’Université suisse de Fribourg (2009). J’ai ensuite réalisé un Master en sociologie (parcours « recherche ») à l’Université libre de Bruxelles (2011-2013). Dans la foulée, je me suis engagé dans une formation doctorale organisée en co-tutelle entre l’Ehess (Paris) et l’Université libre de Bruxelles financée par le F.R.S.-FNRS. J’ai soutenu ma thèse le 28 avril 2018. Ma dissertation doctorale est intitulée S’exposer en inquiétude. Le sujet fait et défait avec les médiations nouvelles sur sa santé et m’a donné accès au titre de Docteur en sociologie (Ehess) et Docteur en sciences politiques et sociales (ULB). Je suis actuellement basé à l’Université Grenoble-Alpes (UMR Pacte) comme chercheur post-doctoral à temps-plein dans le cadre du projet Soc-epi (IDEX, voir : https://www.pacte-grenoble.fr/programmes/socepi-projet-idex-irs).

Mes outils théoriques et méthodologiques sont principalement situés à la rencontre entre la sociologie et l’anthropologie. Au sens le plus large, mon travail de recherche porte sur les rencontres entre enjeux épistémologiques liés à la découverte de données biologiques nouvellement accessibles et la construction de soi. Autrement dit, mes recherches questionnent les pratiques empiriques au travers desquelles les êtres humains ont accès à de nouvelles informations sur leur biologie. En tant que chercheur en sciences sociales, j’examine l’impact de ces découvertes (e.g., dispositifs de ‘self-tracking’, usages du web en matière de santé, tests génétiques prédictifs ou ‘récréatifs’, tests relatifs à son microbiote intestinal ou à son ‘âge épigénétique’, usages de tests génétiques en matière d’ « ancestralité biogéographiques », pratiques scientifiques dans le domaine de l’épidémiologie épigénétique) sur la façon dont les individus se rapportent à soi et aux autres.

 

L’approche préconisée s’articule à un questionnement socio-anthropologique singulier : Comment la personne s’arrange-t-elle de situations dans lesquelles elle est mise en relation non plus seulement avec d’autres humains mais au premier titre avec des données objectivantes relatives à son intériorité biologique ? Cette question anthropologique invite à porter au moins autant d’attention à ce qui nous relie à autrui et à notre environnement (situés classiquement au cœur du projet de la sociologie), qu’aux façons dont l’humain assure une continuité avec lui-même dans des situations où le vivant pose question.

 

 

Axes de recherche :

 

1.) L’intégration du vivant : L’être humain est de plus en plus souvent inscrit dans des contextes où lui est accessible un savoir portant sur sa vie biologique. Les bio-sciences ouvrent de nouveaux espaces de problématisation du vivant où interagissent notamment des ‘modes de vie’, des ‘environnements’ ‘sociaux’ et des gènes.  À portées de mains ou de clics, des médiations toujours plus nombreuses (dispositifs de ‘self-tracking’, usages du web en matière de santé, tests génétiques prédictifs ou ‘récréatifs’, tests relatifs à son microbiote intestinal ou à son ‘âge épigénétique’) le mettent en relation avec des formats d’information de plus en plus diversifiés (diagnostics dans certains cas, prédispositions à des conditions variées, probabilités, SNP’s, trajectoires migratoires de ses ancêtres). Les pratiques scientifiques, commerciales et ‘ordinaires’ à l’oeuvre engendrent des questions nouvelles sur les relations que l’individu entretient avec lui-même, les autres et le vivant.

 

2.) Exposition de l’inquiétude : L’omniprésence et les usages de nouvelles médiations et dispositifs connectés en matière de santé (e.g., usages du web en matière de santé, self-tracking applications, auto-tests génétiques qualifiés de « récréatifs ») nous amène à réfléchir aux façons dont ils pourraient transformer les façons dont les êtres humains, des sociétés tant du Sud que du Nord global, se rapportent à l’inquiétude vis-à-vis de leur santé. La problématique est à poursuivre au long de plusieurs axes de réflexion. (i.) Il faut s’interroger sur la façon dont ces nouvelles médiations et les données relatives à nos vies biologiques (e.g., gene, neurons, epigenome) auxquelles elles donnent accès, elles-même marquées d’un fort réalisme scientifique, impactent la façon dont nous nous arrangeons d’une inquiétude en matière de santé. (ii.) Il faut aussi s’interroger sur les façons dont ces médiations transforment comment nous exposons nos inquiétudes (en matière de santé) à autrui.

 

3.) Les pratiques en matière d’épigénétique et l’incorporation biologique des environnements sociaux : La recherche en épigénétique environnementale se base notamment sur le postulat que les expériences environnementales, les « expositions » à l’environnement (notamment « social », c’est-à-dire, par exemple, l’exposition à des situations de préjudices, d’inégalités, traumatismes historiques et adversités aux différentes périodes « sensibles » de la vie) auraient pour effet de produire certaines marques biochimiques, elles-mêmes aptent à influencer l’expression de nos gènes (non pas la structure du génome en tant que telle, mais l’activation/désactivation de certains gènes par différents mécanismes biologiques, notamment l’hyper/hypo-méthylation). Cette influence de l’environnement sur l’expression de nos gènes se produirait tout au long de nos vies mais se traduiraient également par une transmission de ces marques d’une génération à l’autre. Comme le dit Hannah Landecker (UCLA, historienne et sociologue) dans le cadre de son travail de recherche sur l’épigénétique dans le domaine de la nutrition : « We are what we eat – but also what our parents and grandparents ate, and what we eat ate, and other expansions of networks of significant ingestions. » (2011: 187) Les scientifiques impliqués dans ce domaine de l’épigénétique environnementale sont notamment intéressés par la potentielle réversibilité de ces modifications épigénétiques, et chemin faisant, sur l’opportunité de développer de nouvelles thérapies non-pertinente dans le cadre d’une approche centrée sur le génome. Une telle réversibilité amène certains chercheurs à parler d’une « responsabilité épigénétique ». Pour plus d’information ou questions sur cet axe de recherche, voir le projet Soc-epi (see https://www.pacte-grenoble.fr/programmes/socepi-projet-idex-irs).

 

4.) La construction sociale de la relation avec le passé sur base des discours et pratiques en matière (épi)génétique […].