dehauts's picture
Institutional membership: 
Université Grenoble Alpes
Status: 
PhD Candidate (f)
Non permanent.e
Research areas: 
Territorial constructions and territorialities
Cultural geography
Political ecology
Esthétique environnementale
Cultural geography
Spatialités humaines et animales
Research team: 
Office: 
Bureau 319
Address: 
14 Avenue Marie Reynoard, 38100 Grenoble France

Onglet(s)

Présentation
Subject: 
Le rewilding en Europe : humains et non-humains en tension dans la redéfinition des territoires et des trajectoires écologiques
Dates: 
September, 2020
External supervisor(s): 
Laine Chanteloup
Abstract: 

Mon projet de recherche s’inscrit au croisement des géographies culturelle et politique de l’environnement, et vise à mettre en œuvre une approche de géographie plus qu’humaine : cette dernière reconnaît l’agentivité des non-humains et les interrelations entre êtres humains et non-humains et appartient à un ensemble de courants dits post-humains ou post-humanistes.

Il porte sur le rewilding, un nouveau principe d’action écologique et de conservation des espaces naturels né aux États-Unis dans les années 1990.

 

Le rewilding, tel qu’il est présenté et envisagé en écologie et dans sa mise en projets, conduit à penser l’action écologique comme n’ayant pas les êtres humains comme finalité, et comme ne reposant pas sur leur intervention. C’est un paradigme qui viserait à rétablir un écosystème dit sain et complet, dont le fonctionnement n’impliquerait plus d’action humaine. Je défends l’idée selon laquelle la notion centrale du rewilding est l’« autonomie plus-qu’humaine » : l’un des résultats attendus des projets de rewilding est en effet une autonomie des espèces et processus non-humains, considérés comme actants. Or cela conduirait à repenser les relations entre êtres humains et non-humains, aujourd’hui largement fondées en Europe sur l’image de l’être humain dominateur ou protecteur de la nature, pour établir une relation plus équilibrée. Cependant cette autonomie plus-qu’humaine est bel est bien envisagée par rapport aux êtres humains. Le rewilding est bâti sur une contradiction : les êtres humains cherchent à mettre en œuvre leur propre décentrement.

Ces interrogations me conduisent à une problématique générale : le rewilding, en tant qu’il actualise des rapports de force dans ses territoires de mise en œuvre, est-il en mesure de devenir un paradigme susceptible de transformer les relations entre êtres humains et non-humains en Europe, et selon quelles modalités ?

 

Ce travail s’inscrit dans la continuité de mon mémoire de recherche de master 2 qui portait sur les dimensions sociales, politiques et écologiques du rewilding chez l’ONG Rewilding Europe. Il répond à un réel besoin de la recherche de donner un cadre théorique à ce terme, largement mobilisé en Europe pour qualifier des projets de conservation d’espaces naturels : il s’agit de mettre en évidence les représentations sous-jacentes à l’utilisation de ce terme, afin d’en mieux comprendre les dimensions politiques et plus largement, de saisir comment les modalités d’actions s’opèrent dans les territoires en fonction des acteur·rice·s (notamment privés, publics, associatifs, collectifs) qui y agissent ou les habitent.