bla bla
bla
Lieu : 
Promu : 
non
bla bla
Lieu : 
Lieu : 
Soutenance thèse

 

Sujet : Les facteurs d'attractivités territoriaux au service du développement au Liban : le cas du Akkar.

Résumé : Depuis plus d'une dizaine d'années, nous assistons, au Liban, à un phénomène assez unique qu'on peut qualifier de mouvement de "contre-exode", qui signifie le retour des habitants de la ville pour se fixer et habiter dans des zones considérées comme rurales ou semi-rurales. Aussi une bonne politique de développement pourrait aider à fixer ces gens définitivement dans ces zones, et ainsi aider à résoudre beaucoup de problèmes sociaux, economiques et financieres.

Jury

MYRIAM DONSIMONI MCF HDR UNIVERSiTE DE SAVOIE Directeur de thèse Emmanuel MATTEUDI Professeur Universite Aix-Marseille Rapporteur Joseph GEMAYEL Professeur Université Saint-Joseph Liban Rapporteur Amal ABOUFAYAD Professeur UNIVERSITÉ LIBANAISE CoDirecteur de thèse Jean LAPEZE Professeur UNIVERSITE GRENOBLE ALPES Examinateur

9 novembre 2016
Aire culturelle : 
Soutenance thèse

Saif Shabou soutient sa thèse le 27 octobre Sujet : Extrêmes hydro-météorlogiques & Exosition sur les routes. Contribution à MobRISK: Modèle de simulation de l'exposition des mobilités quotidiennes aux crues rapidesRésumé : Les crues rapides sont considérées parmi les catastrophes naturelles les plus dangereuses en raison de leur imprévisibilité et la rapidité de leurs dynamiques spatio- temporelles. Même si ces évènements touchent généralement des petites étendues spatiales, elles causent un nombre important de victimes. Les différentes analyses des impacts des crues rapides pointent la mobilité quotidienne comme un facteur principal augmentant l’exposition et la vulnérabilité des individus : près de la moitié des victimes sont des automobilistes surpris par les submersions des routes durant leurs trajets quotidiens. C’est dans ce contexte que plusieurs travaux ont été conduits afin de développer des outils de prévision des coupures des routes par submersion dans le département du Gard, fréquemment exposé à des évènements hydrométéorologiques extrêmes. Ces études ont permis d’identifier les points de coupure, situés aux niveaux des intersections routes/rivières, vulnérables aux crues rapides et de développer des méthodes d’estimation du risque de submersion des routes. Cette thèse s’inscrit dans la continuité de ces travaux dans le but de quantifier et de caractériser l’exposition des individus aux crues rapides durant leurs mobilités. Pour cela, nous avons contribué au développement de MobRISK : un modèle de simulation de l’exposition des automobilistes aux submersions des routes lors d’évènements de crues rapides. Une première application de MobRISK est présentée dans le but d’évaluer l’exposition d’une population d’un zone d’étude, située au nord-ouest du Gard, à l’évènement de crue rapide des 8-9 Septembre 2002. Les résultats de ce cas d’étude ont permis d’identifier un décalage entre les dynamiques temporelles du trafic simulé au niveau des points de coupure et des niveaux de submersion de ces points. Ce décalage temporel a probablement constitué un facteur de réduction du nombre de victimes sur la route. La combinaison des estimations de submersion des routes avec le trafic simulé a permis de localiser les routes qui ont présenté le plus de danger pour les automobilistes lors de cet évènement. Ensuite, l’évaluation de l’exposition individuelle aux submersions routières a permis d’identifier les profils socio-démographiques des automobilistes les plus exposés constitués majoritairement de jeunes actifs de sexe masculin. Enfin, différents scénarios de comportements en situation de crise ont été construits et testés à travers l’intégration des décisions d’adaptation des déplacements face aux perturbations environnementales. La comparaison des effets des scénarios de comportements a permis de souligner le rôle important des règles adoptées dans les prises de décision et dans l’évaluation du danger dans la réduction l’exposition des automobilistes. Au final, cette thèse souligne les potentialités et les performances de MobRISK comme un outil innovant et prometteur pour la simulation de l’exposition sociale aux crues. Président: Mme, Anne-Catherine Favre (Professuer, Université de Grenoble) Rapporteur 1: M, Thomas Thévenin (Professeur, Université de Bourgogne) Rapporteur 2: M, Emmanuel Bonnet (Chargé de recherche, IRD France-Nord) Examinatrice 1: Mme, Christaine Weber (Dir. de recherche, Université de Strasbourg) Examinatrice 2: Mme, Karine Weiss (Professeur, UNiversité de Nîmes) Examinatrice 3: Mme, Sandrine Depeau (Chargé de recherche, Université de Rennes 2)

Directeur de thèse: Mme, Céline Lutoff (Maître de conférence, Université de Grenoble) Co-encadarnt: Mme, Isabelle Ruin (Chargé de recherche, CNRS Grenoble)

27 octobre 2016
Aire culturelle : 
Soutenance thèse

Sujet : La production urbaine dans le cas d'Alger. Quid du "Projet urbain" ?

Résumé : Le présent travail de recherche aborde la question du projet urbain appliqué dans le cas de la métropole algéroise. Dans cette ville des chantiers de grande ampleur ont été engagés: réseaux routiers et autoroutiers, grands équipements, réseaux de transport, etc. La démarche globale y a été formalisée dans le Plan Stratégique Alger 2030. Ce plan, dans les choix qu’il propose, réfère à de nombreuses expériences. Les éléments d’exécution du plan ne montrent cependant pas la prise en compte réelle de l’esprit de ces expériences. En situation d’incertitude quant à une mise en œuvre effective de projet, nous avons questionné le Plan Stratégique pour vérifier dans quelle mesure il mettait en acte les principes auxquels il réfère dans le discours. L’analyse a montré que ce plan est réduit dans les faits et les pratiques à une fonction de dessin en déficit de dessein. Ce Plan Stratégique semble éloigné de l’esprit du projet urbain : un plan qui ne s’appuie pas sur la connaissance et l’analyse du réel urbain, ni sur l’examen ou l’exploration de scénarii, ni sur ce que pourraient apporter les démarches de concertation et de débat, soit, de tout ce qui fait le projet urbain.

Composition du jury :

M. NADIR BOUMAZA 

 

 

UGA

 

Directeur de these 

M. Thierry PAQUOT 

 

 

EUP - Université Paris Est Créteil

 

Rapporteur 

M. Jean-Pierre FREY 

 

 

EUP - Université Paris Est Créteil

 

Rapporteur 

M. Luc GWIAZDZINSKI 

 

 

IGA - UGA

 

Examinateur 

Mme Thea MANOLA 

 

 

ENSAG

 

Examinateur 

M. Abderrahim HAFIANE 

 

 

Université de Annaba

 

Examinateur 

Lieu :   Institut de Géographie Alpine 14 Bis Avenue Marie Reynoard 38100 GRENOBLE salle des actes

14 octobre 2016
Aire culturelle : 
Soutenance thèse

Lieu : salle 1211 à l'IGA

Date : le 22 septembre

Sujet : "De la quête de cohérence du projet urbain aux pratiques d'ajustements entre vision prospective, stratégies urbaines et opérations d'aménagement : le territoire stéphanois à l'épreuve de l'urbanisme réflexif"

Résumé de la thèse :

A partir d’un questionnement empirique sur la cohérence du projet urbain stéphanois, porté par les services de la Ville de Saint-Etienne, la thèse de doctorat explore les conditions d’exercice de l’urbanisme réflexif au travers des ajustements qui s’opèrent entre la vision prospective du territoire, les stratégies urbaines et les opérations d’aménagement mises en oeuvre.

Dans le contexte actuel marqué par des mutations économiques, environnementales, spatiales et institutionnelles importantes, la Ville de Saint-Etienne s’interroge sur la cohérence de son projet urbain. A l’image de nombreux territoires, signe de l’actualité de cette réflexion, la collectivité stéphanoise engage une réflexion sur la coordination d’acteurs et d’opérations composant son projet de territoire.

Cette recherche repose sur l’exploration de deux concepts majeurs :

- la notion de cohérence d’une part, marquée par son omniprésence dans les sciences du territoire mais dont la mobilisation reste complexe notamment quant à son évaluation,

- et le projet urbain d’autre part : concept polysémique et multiscalaire, prenant une acception spécifique et englobante sur le territoire stéphanois comme projet de ville articulant les échelles de projet : du projet d’agglomération aux opérations d’aménagement et actions ponctuelles de la ville ordinaire.

L’analyse de terrain met en exergue les particularités du projet urbain stéphanois : une fragilité importante du territoire, une gouvernance atypique marquée par la présence de l’Etablissement Public d’Aménagement de Saint-Etienne et une configuration de grands projets en mosaïque en particulier sur l’hypercentre stéphanois.

Prenant appui sur l’analyse des effets de fragmentation et de concurrence observés sur le territoire et sur une série d’entretiens réalisés auprès des acteurs publics de l’aménagement stéphanois, la thèse vise à démontrer que la proéminence de la question de cohérence du projet urbain stéphanois relève en réalité, dans une perception dynamique de la ville en mouvement,

des ajustements qui s’opèrent entre la vision prospective du territoire, ses stratégies urbaines et ses opérations d’aménagement.

Cette recherche sous convention CIFRE vise également à expérimenter les outils et pratiques facilitant ces ajustements et ainsi, l’exercice d’un urbanisme réflexif à l’aide de la figure de l’urbaniste-ensemblier, de l’alimentation permanente d’un diagnostic territorial mouvant par l’observation, et de l’animation partenariale du projet urbain dans un contexte multiacteurs.

Jury :

M. Sébastien CHAMBE, directeur de la planification et des politiques d'agglomération du Grand Lyon

- M. Jérôme DUBOIS, professeur, institut d'urbanisme et d'aménagement régional d'Aix en Provence (rapporteur)

- M. Marc DUMONT, professeur, urbanisme et aménagement de l'espace, université de Lille (rapporteur)

- Mme Laurane PONSONNET, chef du projet urbain de la mission Tramway, Ville de Saint-Etienne (co-directrice de thèse)

- M. Olivier SOUBEYRAN, professeur, institut de géographie alpine, université Grenoble Alpes

- M. Marcus ZEPF, professeur, Smart Living lab, Institut Transform, Fribourg (directeur de thèse)

 

22 septembre 2016
Aire culturelle : 
Soutenance thèse

Sujet : La reconversion partisane de la social-démocratie européenne. Du régime social-démocrate keynésien au régime social-démocrate de marché. Résumé : La thèse porte sur la "reconversion partisane" de la social-démocratie en Europe. Elle propose une explication au paradoxe apparent entre d’une part l'existence de travaux décrivant la crise voire la mort du régime social-démocrate d’après-guerre, et d’autre part la conservation par cette famille de partis de son statut de grande alternative de gouvernement. La reconversion partisane est définie comme une modalité particulière de changement partisan, qui seule pouvait permettre à la social-démocratie de surmonter l’obsolescence (plus ou moins avancée) de son projet, de sa coalition électorale et de son modèle organisationnel. M’inscrivant dans la tradition de l’institutionnalisme historique, je propose une étude macrosociologique et comparée de quatre processus de reconversion, analysés de manière systématique au Royaume-Uni, en France, en Suède et en Allemagne. Leurs similarités et leurs différences sont ensuite expliquées, notamment à l’aide de plusieurs variables susceptibles de peser sur la forme et la temporalité des reconversions. Mon travail s’achève sur une appréciation provisoire de la mise à l’épreuve des reconversions par la grande crise économique en cours depuis 2008. Au-delà de l’éclairage nouveau qu’elle projette sur la trajectoire historique de cette famille politique, la thèse est une contribution à la littérature sur le changement partisan, sur la "cartellisation" des grands partis de gouvernement, et sur l’adaptation de ces derniers aux mutations de la structure des clivages politiques en Europe. Elle illustre aussi comment une approche "intégrée" des partis (sur plusieurs niveaux d’analyse) peut entrer dans un dialogue fécond avec les travaux sur les recompositions contemporaines de l’Etat moderne et du capitalisme. Mots-clés : partis, changement partisan, social-démocratie, vie politique européenne Jury • M. Pierre MARTIN, directeur • M. Raul MAGNI-BERTON • M. Michel HASTINGS • Mme Jenny ANDERSON • M. Jean-Michel DE WAELLE • M. Gerassimos MOSCHONAS

29 novembre 2016
Aire culturelle : 
Soutenance thèse

Sujet : Organisations néo-gouvernementales. Analyse des stratégies étatiques de contrôle des ONG humanitaires en zone de conflit (1989-2005) Résumé : Cette thèse porte sur le contrôle que les Etats exercent sur les ONG humanitaires. Ces dernières conservent parfois une grande marge de manoeuvre dans la mise en oeuvre de leur mandat, alors que, dans d'autres circonstances, elles agissent en sous-contractants de la politique étrangère de leur État d'origine. Nous cherchons à identifier les facteurs qui mènent les ONG plutôt dans une direction que dans l’autre, ainsi que la modalité de contrôle exercée par les États – coordination ou blanchiment - La thèse explique pourquoi, au sortir de la guerre froide, les Etats ont accru leur engagement dans l’action humanitaire, de façon unilatérale d’abord et multilatérale ensuite. Sur la base de l’étude du cas de la politique humanitaire internationale entre 1989 et 2005, l’analyse révèle un processus causal constitué de cinq séquences, qui explique comment les Etats ont recours à un agent quand leurs stratégies unilatérales sont infructueuses. Nos résultats attestent du caractère stratégique du financement de l’action humanitaire pour les Etats, conditionné par les préférences géographiques et politiques de ces derniers. Financer l’action humanitaire permet de soutenir les anciennes colonies, d’appuyer la lutte contre le terrorisme et les interventions militaires des pays donateurs. Les financements étatiques bénéficient aux ONG les plus dépendantes de leurs Etats d’origine. Les organisations nongouvernementales deviennent des organisations néo-gouvernementales. Celles-ci connaissent un rejet plus fort de leur présence en zone de conflit par rapport aux ONG qui refusent de recourir aux fonds publics. Face à l’échec de leurs stratégies de contrôle unilatéral, les Etats interventionnistes européens délèguent la gestion de la politique humanitaire à un agent, ECHO, dont le mandat est de rendre moins visible la tutelle étatique les ONG.Cette situation engendre des problèmes d’agences multiples : l’agent dérape en raison de sa forte perméabilité à ses sous-contractants. En réaction, les Etats renforcent les dispositifs de contrôle sur leur agent. Au final, la politique humanitaire se construit sur un équilibre fragile dans lequel chaque État tend naturellement à la contrôler tout en sachant qu'un contrôle trop visible priverait cette politique de l'efficacité qui lui est propre, et qui tient, précisément à sa neutralité. Mots-clés : sécurité internationale,politique humanitaire,organisations internationales,théorie du principal-agent,relation inter-organisationnelles Composition du jury :

  • M. YVES SCHEMEIL, Sciences Po Grenoble, Directeur de thèse
  • Mme Sabine SAURUGGER, Sciences Po Grenoble, Examinateur
  • Mme Delphine ALLES, Université Paris-est Créteil, Examinateur
  • M. Louis BELANGER, Institut des Hautes Etudes Internationales, Université Laval, Examinateur
  • M. Dennis DIJKZEUL, Institute for International Law of Peace and Armed Conflict (IFHV) Ruhr University Bochum (RUB), Examinateur
  • M. Simon HUG, Université de Genève, Rapporteur
  • M. Bob REINALDA, Université Radboud, Nimègue, Rapporteur
30 novembre 2016
Aire culturelle : 
Soutenance thèse

Sujet : Semer les graines de la paix : les Organisations Internationales et l’éducation à la paix au Kenya. Mots clés : Kenya,Gestion de conflit,Education à la paix,Construction de la paix. Etudes de la paix,ONU,politiques gouvernementales Résumé  : Cette thèse s'intéresse au programme et aux activités d'éducation à la paix menées par le gouvernement Kenyan analysés grâce à un cas d'étude qualitatif et une ethnographie "multi-site". Les violences postélectorales de 2007-2008 ont été le point de départ de considérable programme et activités œuvrant à la construction de la paix. Notre analyse débute à l'indépendance, en 1963; en effet, ce fut un point charnière de l'histoire nationale car le Kenya a été rendu aux Kenyans mais aussi car la violence structurelle du pays, ses injustices sociales, se renforcèrent dans les mains même des Africains. Nous revoyons l'histoire de la politique étatique pour saisir les notions de groupe ethnique, de communauté ethnique, de politique ethnique en plus des répartitions inégales des terres et des frontières intérieures. En conséquence, les principales causes de conflit ethniques sont revues aussi. En dehors de la violence physique, le Kenya est sérieusement défié au cœur de sa sécurité nationale; par l'urbanisation rapide et la croissance incessante des bidonvilles avec de forts taux de chômage chez les jeunes; et par de nombreux problèmes liés aux 500,000 refugiés habitant sur son sol. Nous revoyons aussi brièvement comment la corruption est omniprésente et sous-jacente à tous les problèmes mentionnés ci-dessus. Le Kenya a fait la paix avec l'aide d'une médiation internationale et de l'implémentation inhérente des quatre agendas adressant les causes urgentes et celles de long terme du conflit Kenyan. Cette thèse explore pourquoi, et surtout, comment l'éducation à la paix s'est développée au niveau national; et si elle a eu un impact sur la violence structurelle. Notre inspection commence à la naissance du programme d'éducation à la paix au Ministère de l'Education, de la Science et de la Technologie, avec le HCR; et ensuite avec l'UNICEF. Après, la campagne nationale d'éducation à la paix a été construite en vue des élections générales, notablement paisibles, de 2013 et aussi grâce à d'autre activités. Le Kenya devint le leader continental de l'ADEA: ICQN-EP, en apprenant et partageant ses expériences avec d'autre pays africains. Une politique nationale d'éducation à la paix a été promulguée en 2014 avec l'UNICEF et l'UNESCO; l'éducation à la paix appartient désormais au patrimoine national kenyan. Jury composé de :

  • M. Franck Petiteville, UMR Pacte, Sciences Po Grenoble, Directeur de thèse
  • Christian Thibon, laboratoire LAM, Université de Pau et des pays de l'Adour, Rapporteur
  • M. Wolf Eberwein, UMR Pacte, Sciences Po Grenoble, Examinateur
  • M. Daniel Compagnon,  Centre Emile Durkheim, Sciences Po Bordeaux, Rapporteur
  • Mme Claire Medard, laboratoire URMIS, Université Paris Diderot, Examinateur
  • M. Hervé Maupeu, laboratoire LAM, Université de Pau et des pays de l'Adour, Examinateur

 

15 décembre 2016
Aire culturelle : 

Les questions d'évaluation agitent le domaine de la lecture publique depuis de nombreuses années. En témoignent les travaux menés sur les usages, les impacts et la valeur des bibliothèques, qui abordent la diversité des effets des bibliothèques ayant trait à des dimensions culturelle, sociale, économique, éducative, citoyenne, etc.

Français
Colloque international
Appel à communication - 13ème Congrès RIODD 2018

Le 13e Congrès du RIODD se tiendra à Grenoble du 16 au 18 octobre 2018. Pluridisciplinaire, voire interdisciplinaire, il est porté par une équipe de chercheurs en droit, économie, géographie, gestion, psychologie sociale, sciences de l’éducation, sociologie… Ce positionnement traduit la démarche scientifique du RIODD ainsi qu’une volonté des organisateurs pour le site de l’Université Grenoble-Alpes.

Comme chaque année, le comité scientifique considérera toute proposition de communication sur les thèmes en rapport avec les enjeux du développement durable pour les organisations (privées et publiques : entreprises, associations, admi­nistrations…) : opportunités et contraintes ; marges de manœuvre opérationnelles ou stratégiques ; conditions de réalisation et conduites de projets ; transformation des modes de gouvernement ; référentiels pour la prise de décision, l’évaluation interne ou externe ; etc. Tous les champs des sciences sociales ou humaines, des sciences de l’ingénieur et de l’environnement sont bienvenus.

En outre, le comité scientifique invite plus particulièrement à étudier les dynamiques sociales, y compris les conflits et les résistances, qui façonnent ou refusent un changement structurel au nom d’un développement durable, et à discuter les méthodes d’analyse pour le caractériser.

Télécharger l'appel à communication

Pour soumettre une proposition

En cas de problème, vous pouvez contacter les organisateurs du colloque par mail :

Contact : 
Contact organisateurs
16 octobre 2018 - 18 octobre 2018
Chercheur.e.s impliqué.e.s : 
Pacte dans la cité
Séminaires et ateliers

Tim Ingold

8:15 – Rencontre à la Fontaine au Lion (rue Saint Laurent, place de la Cymaise)

 

Expérimenter l’aube et le lever de soleil sur les montagnes depuis la Bastille

MARCHER
7h-8h : marcher, écouter, respirer, toucher, dans l'obscurité, sur le chemin vers le haut (arrêt sur la terrasse du fort de la Bastille ou les premiers balcons selon forme et météo)
8h-8h30 : en haut: thé et café, croissants et échanges (sur l'expérience, l'attention, le paysage ...)
8h30-9h15 : promenade descente au Musée Dauphinois (30 rue Maurice Gignoux)

 

Un moment spécial au Musée Dauphinois

RACONTER
9h15-9h30 : Teatime, échange sur l'expérience du lever du soleil
9h30-11h00 : deux / trois communications et conversation ouverte avec Tim Ingold
(thèmes envisagés à confirmer: animisme & espace Antoine Mérot; Paysage et monde météorologique Edith Chezel ; anthropologie et éducation Martin Givors et Jacopo Rasmi)

 

TISSER
11h-12h : Atelier d’expression corporelle, tisser les lignes avec Gabriele Sofia, (dans les jardins du Musée ou en salle selon météo)
12h-12h30 : échange sur l'expérience de tissage de lignes
12h30-13h45 : pause déjeuner

13h45 -14h : Promenade descente à 'La tête bleue' (Café associatif 44 quai Perrière)

 

Café littéraire

PENSER
14h-16h : atelier de lecture et d’écriture à La tête bleue autour du texte suggéré par Tim Ingold : « We’re going on a Bear Hunt » (La chasse à l’ours) de Michael Rosen et Helen Oxenbury. Conversation ouverte sur nos manières de re-chercher.

8:15
14 décembre 2017
Aire culturelle : 

Pages