Portrait de bangoabo
Affiliation : 
Université Grenoble Alpes
Statut : 
Doctorant
Non permanent.e
Domaines de recherche : 
Anthropologie de la santé
Développement communautaire
Enquête qualitative
Sociologie de la santé
Équipe de recherche : 
Téléphone : 
0758361931
Adresse : 
10 Rue Emile Romanet

Onglet(s)

Présentation

Enseignant-Chercheur à l'Université Général Lansana Conté de Sonfonfonia (République de Guinée), je travaille sur un thème de thèse de doctorat intitulé:''Connaissances, Attitudes et Pratiques des populations de Conakry sur le choléra''. Le choix de ce thème découle de mon ambition et de ma volonté à apporter des éléments de réponses à l'un des épineux problèmes de santé que rencontre une frange importante de la population guinéenne. Quant au choix de la zone d'étude, il se justifie par le fait que la ville de Conakry (capitale de la République de Guinée) connait aujourd'hui, une concentration de peuples et des problèmes de services sociaux de base (approvisionnement en eau potable, manque de toillettes publiques, de dépotoirs d'ordures, insufisance et inéficacité des services de collecte d'ordures etc.) qui peuvent d'une manière ou d'une autre avoir un grand impact sur le niveau d'exposition des populations vis à vis des maladies infectieuses dont le choléra.

En parlant du choléra, l'OMS (2012) affirmait que sur 3 à 5 millions de cas  signalés chaque année dans le monde, on enregistrait 100.000 à 120.000 décès. Ceci dit, si cette maladie est aujourd'hui pour les pays développés un phénomène qui date de l'histoire, celà n'est pas le cas pour ceux dits en développement dans la mesure où elle continue à faire des ravages. Les recherches de Kashosi (2010) vont dans ce même ordre d'idée dans la mesure où celles-ci sous-tendent que la majorité des pays africains (33/52 pays) ont enregistré des cas de choléra dont quatre ( Angola, Ethiopie, Republique démocratique du Congo et Soudan) ont comptabilisé à eux seuls, 186 928 cas dont 4988 cas de décès soit les 80 % des cas et décès signalés en Afrique.

C'est partant de toutes ces paramètres que la réalisation d'une enquête de terrain s'avère pertinente et nécessaire à fin de comprendre l'influence des facteurs humains dans l'entretien des conditions favorables à l'avènement du choléra. Sur cette lancée, cette étude permettra de ressortir les écarts entre les informations que détiennent les populations sur les mesures préventives à adopter contre le choléra et les actions qu'elles réalisent concrétement dans leurs quotidiens.

Travail encadré par Pr. Cherry SCHRECKER