Portrait de vinckdo
Affiliation : 
Autre
Statut : 
Chercheur associé
HDR
Habilité(e) à diriger des recherches
Équipe de recherche : 

Onglet(s)

Présentation

Dominique Vinck est Professeur ordinaire d’études sociales des sciences et des techniques à l’Université de Lausanne et enseigne au sein du Collège des Humanités de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. Membre de l’Institut des Sciences Sociales de l’UNIL et du STS Lab, il dirige la plateforme interfacultaire en cultures et humanités digitales (LaDHUL). Ancien membre de PACTE Grenoble, il y reste chercheur associé. Ses recherches portent sur la sociologie des sciences, des techniques, de l’ingénierie et de l’innovation. Il a conduit des travaux importants relevant de l’ethnographie des laboratoires de recherche ou des bureaux d’études en ingénierie, et réalisé des enquêtes sur les réseaux de coopération scientifique (recherche médicale, énergies non nucléaires), l’évaluation des politiques publiques de recherche, les dynamiques scientifiques régionales (nanoscience et nanotechnologie), la mobilité scientifique internationale et les diasporas scientifiques, le devenir des docteurs en sciences humaines et sociales, l’informatisation hospitalière et des entreprises (ERP) ainsi que l’introduction des démarches de gestion de la qualité en recherche et dans le monde hospitalier. Il a notamment publié un ouvrage de référence de Sociologie des sciences (A.Colin, 1995) (réédité sous le titre Sciences et sociétés. Sociologie du travail scientifique, en 2007; édition anglaise, 2010 ; édition espagnole, 2015). Il a également commis, souvent en collaboration, plusieurs ouvrages de recherche portant sur l’activité l’innovation, en particulier : Ingénieurs au quotidien. Ethnographie de l’activité de conception et d’innovation (PUG, 1999 ; édition américaine, MIT press, 2003 ; édition portugaise, 2014), Pratiques de l’interdisciplinarité (PUG, 2000), L’équipement de l’organisation industrielle. Les ERP à l’usage (Hermes, 2008), Comment les acteurs s’arrangent avec l’incertitude (EAC, 2009), Les Masques de la convergence (EAC, 2012). Il a aussi commis des ouvrages de vulgarisation : Les nanotechnologies (Le Cavalier Bleu, 2009; édition révisée et augmentée Natotechnologies: l'invisible révolution, 2017) et Ingénieur aujourd’hui (PPUR, 2015). Il a, par ailleurs, fondé la Revue d’Anthropologie des Connaissances qu’il dirige depuis plus de 10 ans.

Depuis cinq ans, il porte son attention sur les dynamiques scientifiques et d’innovation à l’œuvre dans le domaine des humanités numériques et s’intéresse particulièrement à l’ingénierie des cultures et des sciences humaines et sociales. Il a publié notamment : Sciences et technologies émergentes : pourquoi tant de promesses ? (Hermann, 2015), Humanités numériques : la culture face aux nouvelles technologies (Le Cavalier Bleu, 2016). 

Son dernier ouvrage, co-dirigé avec Benoit Godin, Critical Studies of Innovation: Alternative approaches to the pro-innovation bias (Edward Elgar, 2017) devrait aussi être le point de départ d'une nouvelle revue : NOvationCritical Studies of Innovation.