JACQUES BAROU

Directeur de recherches émérite CNRS
Portrait de barou
Affiliation : 
Centre national de la recherche scientifique
Statut : 
Directeur de recherche (CNRS)
HDR
Habilité(e) à diriger des recherches
Permanent.e
Domaines de recherche : 
Migrations
Équipe de recherche : 
Courriel : 
Téléphone : 
0476820000
Bureau : 
open space

Onglet(s)

Présentation

Travaillant depuis les années 1970 sur les questions d'immigration j'ai pu aborder différents thèmes centraux et connexes à ces questions : construiction de communautés d'hommes seuls dans les pays d'accueil, modification des sociétés d'origine du  fait de l'absence d'une partie importante de la population active, transformation des rapports intra-familiaux dans les ménages immigrés, chez les demandeurs d'asile et les réfugiés, effets des processus de prise en charge des demandeurs d'asile, modes d'insertion des enfants et des adultes, transformation des identités culturelles et religieuses, insertion urbaine des différentes populations et relations de voisinage, effets des opérations d'urbanisme et de relogement sur les familles immigrées et les familles françaises de milieu populaire. J'ai aussi abordé les questions de la maladie, du vieillissement et de la mort. Je me suis intéressé à toutes les populations immigrées venues en France au cours des quarante dernières années avec un intérêt plus marqué pour les originaires d'Afrique subsaharienne. J'ai publié sur les thématiques liées aux migrations  plusieurs ouvrages et articles dans différents revues. J'ai mené des études comparatives au niveau européen concernant les mêmes questions en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Suède, aux Pays-Bas. plus récemment je me suis intéressé aux flux touristiques dans les pays en voie de développement et aux impacts qu'ils peuvent avoir sur la prise de conscience par les autochtones de la nécessité de protéger les patrimoines culturels et naturels dans les pays concernés. Dans ce cadre là, j'ai effectué plusieurs missions au Sénégal, au Mali, au VietNam et en Palestine. En dehors de ces activités de recherche j'ai enseigné la sociologie du travail à l'université de Paris IV, la sociologie et l'anthropologie des migrations à l'Université de Grenoble et de Lyon et fait des cours sur les politiques d'immigration en Europe et des cours sur l'Etat en Afrique à l'IEP de Grenoble. J'ai dirigé dix thèses de doctorat et une HDR et participé à plus de vingt jurys de thèse. 

Au cours de l'année 2018, j'ai participé au projet de recherche "rélimig" migrants catholiques dans une société plurielle, financé par l'A.N.R et porté par le Groupe Société, Religions, Laïcité de l'EPHE. J'ai particpé au projet "améliorer la gouvernance dans les territoires palestiniens " financé par l'Union Européenne et porté par un consortium d'ONG françaises et palestiniennes et par l'Université de Bethléem.  J'ai réalisé un rapport scientifique : les migrations qui ont construit Clermont-Ferrand, financé par la municipalité de cette ville et j'ai été commissaire scientifique de l'exposition "Clermontois venus d'ailleurs" inaugurée en juin 2018. J'ai participé à un colloque franco-allemand en octobre 2018 à Paris "Crise migratoire et perspectives politiques en France, en Allemagne et en Europe. Le même mois, jai particpé au colloque "Le creuste clermontois' organisé par l'université de Clermnt-Auvergne. J'ai aussi contribué à une table ronde organisée au Centre du Patrimoine Arménien de Valence dans le cadre de la biennale "Traces" immigration en Rhône-Alpes Auvergne. J'ai été sollicité comme expert par le HCERES pour évaluer plusieurs licences et masters en sciences sociales, sociologie et anthropologie. J'ai dirigé un mémoire de master à l'IEP de Grenoble et j'ai organisé la soutenance de ma dernière doctorante le 28 février 2018 auteure d'une thèse intitulée : "Enjeux de pouvoirs et rapports au pays d'origine chez les immigrés diola en France. J'ai été membre d'un jury de thèse de doctorat à Paris XIII Villetaneuse.

J'ai publié en 2018 deux articles dans des revues scientifiques cinq dans des revues grand public et un chapitre d'ouvrage. 

 

Titre de la thèse : 
Travailleurs africians en France : rôle des cultures
Dates : 
janvier, 1975
Directeur.s / Directrice.s extérieur.e.s : 
Jean Girard, Université Lyon II François Raveau, EPEHE
Résumé de la thèse : 

Il s'agit d'un travail d'ethnologie multi-située à partir de deux recherches comparatives menées sur deux populations de travailleurs originaires d'Afrique sub-saharienne, l'une originaire de la région de l'Ader Doutchi au Niger et vivant à Lyon de façon dispersée, l'autre originaire de la région de Kayes au Mali et vivant à Paris dans un foyer de travailleurs. Deux séhjours dans les villages d'origine ont permis d'analyser les transformations de la société locale en l'absence d'une partie des hommes en âge actif. Ont été abordées dans cette thèse plusiers questions concernant l'organisation communautaire, les rapports aïnés/cadets à l'intérieur du groupe, l'appréhension du monde occidental, en particulier à travers le travail, le lien entretenu avec les villages d'origine. Il en ressort que les immigrés restent tournés vers leur pays, n'ont aucun souhait d'insertion dans la société française et vivent en reconstruisant une société inspirée des structures et des valeurs de la société d'origine.