Portrait de graeffl
Affiliation : 
Sciences Po Grenoble
Statut : 
Chercheur associé
Post-Doctorant
Non permanent.e
Domaines de recherche : 
Anthropologie urbaine
Politiques culturelles
Bureau : 
106
Adresse : 
1030 Avenue Centrale, 38400 Saint-Martin-d'Hères
C.V : 

Onglet(s)

Présentation

Lucas Graeff est enseignant-chercheur et coordinateur de l’École Doctorale en Mémoire Sociale et Biens Culturels à l'Université Unilasalle (Brésil). Ses publications en français résultent de son enquête ethnographique auprès des personnes sans logis (lesdits SDF) à Paris, menée entre 2006 et 2010. Ce qui différentie son travail est l'inscription dans la tradition de l'enquête de terrain de longue durée, caractéristique de l'école brésilienne d'Anthropologie Urbaine.

Du fait d'avoir passé plus de deux ans avec plusieurs groupes de personnes vivant dans les rues de Paris, il est le seul ethnologue à suivre l'ensemble de la mobilisation des Enfants lors de la mobilisation originale (déc./2006 à avr./2007), raison par laquelle il a participé au livre "Enfants de Don Quichotte", sortie mi-2013 aux Presses Universitaires de Vincennes. Depuis 2013, Lucas Graeff s'intéresse aux rapports entre les arts (patrimoine, musique, théâtre, arts visuels) et les générations, que ce soit en les rattachant aux dynamiques d’offre et de demande de biens culturels ou en y réfléchissant directement sur le terrain auprès des acteurs tels que les artistes, les producteurs culturels et les différents publics et non-publics d’équipements culturels.

Pendant son stage post-doctoral à UMR Pacte, qui durera jusqu'à la fin 2019, il s’agira d’étudier La Belle Électrique, équipement culturel grenoblois dédié aux musiques amplifiées et électroniques, en accompagnant les pratiques ordinaires des artistes, des amateurs, des publics occasionnels et des professionnels qui gèrent la salle et les concerts.

ORCID: https://orcid.org/0000-0002-5453-525X
RESEARCH GATE: https://www.researchgate.net/profile/Lucas_Graeff 
LATTES (Brésil): http://lattes.cnpq.br/6162241818691535

 

Titre de la thèse : 
De la survie à la reconnaissance: ethnologie de personnes "sans-logis" à Paris
Dates : 
mai, 2010
Directeur.s / Directrice.s extérieur.e.s : 
Patrick Gaboriau
Résumé de la thèse : 

À partir d'une enquête ethnographique, effectuée de mai 2006 à avril 2008 à Paris, cinquantaine-et-une personnes "sans logis" sont étudiées. Sont considérés comme "sans logis" les personnes ne disposant pas des conditions sociales, économiques ou personnelles requises pour accéder à un logement et qui, de ce fait, dorment "dehors", dans une tente, sous un pont, ou dans une habitation construite avec des matériels trouvés dans la ville. En utilisant la méthode ethnographique - observation participante de longue durée, tenue minutieuse d'un carnet de terrain relatant les observations quotidiennes - l'auteur apprend par l'expérience corporelle, "par corps", les difficultés quotidiennes concernant l'hygiène et l'occupation de lieux publics, mais surtout les efforts réalisés pour se soustraire aux sentiments de honte et de "mépris social" et accéder à des formes de reconnaissance marquées par davantage de fierté et d'estime sociale. Contre le "mépris social", les personnes étudiées luttent comme elles peuvent : certaines s'installent dans des "coins" ou aux marges de la ville afin de se rendre peu visibles ; d'autres s'efforcent d'effacer toutes traces de précarité sur leurs corps ; d'autres encore rejoignent la manifestation des Enfants de Don Quichotte de l'hiver 2006 à Paris. Dans ces parcours, allant de la survie à la reconnaissance, les personnes donnent à voir et penser les logiques de domination à la fois morales, corporelles et cognitives qui caractérisent leur statut social.