Portrait de kouyatou
Affiliation : 
Université Grenoble Alpes
Statut : 
Doctorant
Non permanent.e
Domaines de recherche : 
Action collective
Équipe de recherche : 
Téléphone : 
0476820000
Adresse : 
Cité des Territoires 14 av. M. Reynoard 38100 GRENOBLE

Onglet(s)

Présentation

Mon travail de recherche s'articule autour de deux dimensions. La première consiste à prendre en compte la question des identités militantes : (qui sont ces militants, comment le deviennent t'ils comment se définissent-ils, et comment mettent-ils leurs engagements en rapport avec leurs expériences et leurs origines sociales). La seconde dimension concerne l’analyse des prédispositions, du militantisme en passant par l'acte, des formes variantes et des modalités mises en œuvre pour l'expression de cet engagement politique. A travers un dispositif d’enquête incluant l’observation participante et des entretiens semi-directifs auprès des personnes qui s’auto-déclarent activistes, engagées, solidaires, militantes et rencontrées dans différents cadres institutionnels (associatifs, centres sociaux, événements organisés par des institutions) et organismes sociaux ou associations, cercles d’interconnaissances, personnes rencontrées lors de manifestations, d’événements de soutien à la catégorie migrante. Cette démarche consiste à mieux comprendre ce qui a permis à ces personnes d’adopter la posture et la démarche militante en questionnant leurs trajectoires, parcours personnels, professionnels et potentiellement politiques, qui motive leurs actions. La manière dont ils se definisent eux-mêmes et qualifient leur engagement et leur lutte. Comment celle ci évolue dans le temps et dans l’espace, en rapport avec les problématiques éthiques et politiques auxquelles se heurtent cette lutte. Ce travail de recherche premet de saisir à la fois les motifs de l’engagement citoyen pour la cause migratoire, mais aussi les variétés de son expression concrète : militantismes, solidarités directes, et toutes formes intermédiaires d’aides, de revendications ou de défenses, en étant attentif à ce qui relève d’un engagement moral et d’un engagement politique, ces deux formes étant liées –de manière plus ou moins complémentaire, mais aussi potentiellement contradictoire. L’enjeu, outre de mieux faire sens sur les différentes modalités d’engagement d’un point de vue descriptif, est aussi pour moi de contribuer à ces sphères d’action citoyenne, depuis une démarche réflexive, et ainsi affiner les stratégies mises en œuvre. Cette étude dirigée par EWA BOGALSKA-MARTIN et co dirigée par ANNE LAURE AMILHAT SZARY s’inscrit dans deux principaux courants de la littérature en sciences humaines et sociales : la sociologie du militantisme, notamment depuis la notion de « militantisme à distance », qui désigne des formes d’engagements par des publics qui ne sont pas personnellement –intimement- concernées par les causes défendues : ici des citoyens défendant le sort de personnes étrangères ; -et la sociologie politique et la géographie humaine , et l'histoire de l’immigration, notamment orientée autour des thèmes, à définir, d’accueil, d’hospitalité, d’insertion sociospatiale (lutte contre la discrimination).

Une lutte dans laquelle je suis personellement impliquée à travers une forme d'excercices de "justice spéculative" dépuis 2018, au compte du "Bureau des dépositions. Angle de transformation des politiques des Etats-Nations capitalistes", 2019 "Bureau des dépositions. Exercice de justice spéculative" (auteur coopératif : Bureau des dépositions), https://r22.fr/antennes/bureau-des-depositionsBureau des dépositions est une œuvre de justice spéculative. Par « justice spéculative », nous entendons suspendre la justice actuelle, tout en s’appuyant sur le droit existant. Nous utilisons des stratégies contentieuses en matière de droit d'auteur pour attaquer les contentieux en matière de droit des étrangers et de droit d'asile. Notre recherche porte sur les limites et les possibles du droit, la force créatrice de la jurisprudence. La spéculation dont il est question relève du pragmatisme, d’une manière de faire avec et dans le présent, en créant des écarts depuis l'existant. La requête du Bureau des dépositions est amenée à être portée auprès d’un Tribunal de Grande Instance. Dans les expressions récentes de l’oeuvre, les co-auteur.trice.s sont : Mamadou Djouldé Baldé, Ben Moussa Bangouran, Aguibou Diallo, Aliou Diallo, Pathé Diallo, Mamy Kaba, Ousmane Kouyaté, Diakité Laye, Sarah Mekdjian, Marie Moreau, Saâ Raphaël Moudekeno. D’autres co-auteur.trice.s peuvent rejoindre Bureau des dépositions.

Titre de la thèse : 
Le Millitantisme au prisme des politiques migratoires
Dates : 
octobre, 2019
Directeur.s / Directrice.s extérieur.e.s : 
EWA BOGALSKA-MARTIN ET ANNE LAURE AMILHAT SZARY
Résumé de la thèse : 

Mon travail de recherche s'articule autour de deux dimensions. La première consiste à prendre en compte la question des identités militantes : (qui sont ces militants, comment le deviennent t'ils comment se définissent-ils, et comment mettent-ils leurs engagements en rapport avec leurs expériences et leurs origines sociales). La seconde dimension concerne l’analyse des prédispositions, du militantisme en passant par l'acte, des formes variantes et des modalités mises en œuvre pour l'expression de cet engagement politique. A travers un dispositif d’enquête incluant l’observation participante et des entretiens semi-directifs auprès des personnes qui s’auto-déclarent activistes, engagées, solidaires, militantes et rencontrées dans différents cadres institutionnels (associatifs, centres sociaux, événements organisés par des institutions) et organismes sociaux ou associations, cercles d’interconnaissances, personnes rencontrées lors de manifestations, d’événements de soutien à la catégorie migrante. Cette démarche consiste à mieux comprendre ce qui a permis à ces personnes d’adopter la posture et la démarche militante en questionnant leurs trajectoires, parcours personnels, professionnels et potentiellement politiques, qui motive leurs actions. La manière dont ils se definisent eux-mêmes et qualifient leur engagement et leur lutte. Comment celle ci évolue dans le temps et dans l’espace, en rapport avec les problématiques éthiques et politiques auxquelles se heurtent cette lutte. Ce travail de recherche premet de saisir à la fois les motifs de l’engagement citoyen pour la cause migratoire, mais aussi les variétés de son expression concrète : militantismes, solidarités directes, et toutes formes intermédiaires d’aides, de revendications ou de défenses, en étant attentif à ce qui relève d’un engagement moral et d’un engagement politique, ces deux formes étant liées –de manière plus ou moins complémentaire, mais aussi potentiellement contradictoire. L’enjeu, outre de mieux faire sens sur les différentes modalités d’engagement d’un point de vue descriptif, est aussi pour moi de contribuer à ces sphères d’action citoyenne, depuis une démarche réflexive, et ainsi affiner les stratégies mises en œuvre. Cette étude dirigée par EWA BOGALSKA-MARTIN et co dirigée par ANNE LAURE AMILHAT SZARY s’inscrit dans deux principaux courants de la littérature en sciences humaines et sociales : la sociologie du militantisme, notamment depuis la notion de « militantisme à distance », qui désigne des formes d’engagements par des publics qui ne sont pas personnellement –intimement- concernées par les causes défendues : ici des citoyens défendant le sort de personnes étrangères ; -et la sociologie politique et la géographie humaine , et l'histoire de l’immigration, notamment orientée autour des thèmes, à définir, d’accueil, d’hospitalité, d’insertion sociospatiale (lutte contre la discrimination).