Portrait de lesner
Affiliation : 
Université Grenoble Alpes
Statut : 
Post-Doctorant
Non permanent.e
Domaines de recherche : 
Aménagement territorial
Géographie
Géomatique
Loisirs
Montagne
Numérique
Pratiques récréatives
SIG
Sport
Tourisme
Transition
Équipe de recherche : 
Adresse : 
Le Pradel, Mirabel

Onglet(s)

Présentation
Titre de la thèse : 
La ville récréative. Ce que la récréativité fait à l'urbanité : réflexion à partir des pratiques du parkour et de l'urbex
Dates : 
octobre, 2018 - décembre, 2021
Directeur.s / Directrice.s extérieur.e.s : 
Christophe Gibout (Professeur, ULCO, TVES) et Florian Lebreton (MCF, ULCO, TVES)
Résumé de la thèse : 

Bien que jouer, se divertir ou flâner permettent de s'épanouir en ville, la place du récréatif n'y est pas si évidente. Offrir des espaces de récréation dans l'environnement urbain fait consensus mais l'idée que la ville soit en elle-même un territoire récréatif soulève des enjeux. Ce travail vise donc à étudier la construction, l'interrogation et la régulation de la ville récréative dans ses dimensions matérielle, sociale et politique. L'enquête s'intéresse au parkour et à l'urbex, deux pratiques de loisir transgressives liées au monde urbain. L'investigation repose sur des analyses bibliométriques pour la construction des orientations de la recherche, sur une immersion parmi les pratiquants de ces activités et sur des entretiens avec différents acteurs de la ville. La démarche est donc exploratoire et inductive, impliquant une certaine réflexivité. Au-delà des questions de dualités spatiales, de revendication, de transgression et de rapport à la ville, les principaux résultats s'articulent en trois niveaux : l'individu, le groupe humain et le territoire de la ville. Ils mettent en avant l'intérêt de tenir davantage compte de l'expérience récréative dans l'appréhension de la ville, de considérer la récréativité urbaine pour renouveler les compréhensions de l'espace urbain ainsi que de reconnaître et d'accepter le caractère diffus et inhérent du récréatif pour que la ville en bénéficie. En somme, ce travail invite à (re)donner une place à la récréation dans le temps et l'espace urbains.